LES ADJECTIFS QUALIFICATIFS EN ESPAGNOL

 

 

 

L’adjectif qualificatif exprime une qualité du nom.
Il n’a pas de genre propre.
Il est masculin ou féminin selon le genre du nom qu’il accompagne.

Pedro es alto.                  María es alta.
Pierre est grand.               Marie est grande.

 

MASCULIN ET FÉMININ DES ADJECTIFS EN ESPAGNOL

Les adjectifs terminés en –o au masculin, se terminent en –a au féminin.

El niño rubio.                    La niña rubia.
Le petit garçon blond.       La petite fille blonde.

Les adjectifs masculins terminés par une voyelle autre que –o ou par une consonne gardent la même forme au masculin.

Un vecino amable.             Una vecina amable.
Un voisin aimable.               Une voisine aimable.

Un hombre ágil.                  Una mujer ágil.
Un homme agile                   Une femme agile.

Un niño feliz.                       Una niña feliz.
Un petit garçon heureux.    Une petite fille heureuse.

Il y a cependant des exceptions :

Les adjectifs masculins terminés par les suffixes péjoratifs –ete,  -ote, -ute, font leur féminin en –a.

Regordete             →        regordeta            grassouillet(te)
Feote                     →         feot                   moche
Franchute              →        franchuta            français(e) (péjoratif)

Les adjectifs masculins terminés en –ín, -án, -ón, -dor, -tor, -sor, font leur pluriel en ajoutant un –a.

Parlanchín          →          parlanchina          bavard(e)
Holgazán            →           holgazan           paresseux/paresseuse
Llorón                   →          llorona                 pleurnichard(e)
Trabajador          →         trabajadora         travailleur/travailleuse
Sucesor                →          sucesora             successeur

Les adjectifs masculins terminés par une consonne, désignant la nationalité, l’appartenance à une région ou à une ville font leur féminin en ajoutant un –a. Ceux qui sont terminés au masculin par une voyelle autre que –o restent invariables.

Español           →        española           espagnol(e)
Francés           →         francesa            français(e)
Andaluz           →        andaluza           andalous(e)
Burgalés         →         burgales         de Burgos

Mais :
Un pueblo belga            una ciudad belga
Un village belge                 une ville belge

L’ALHAMBRA DE GRENADE

 

 

La Alhambra – Jardines – Foto Yair Haklai

L’Alhambra est une cité fortifiée, située sur le plateau de la Sabika qui domine la ville de Grenade. Son nom vient de l’arabe, « al-Hamra », « la rouge ». Construite entre le IXe siècle et le XIVe siècle, elle fut la résidence des souverains nasrides du royaume de Grenade.

La Alhambra au soleil couchant – Foto Alejandro Mantecón-Guillén

L’Alhambra est un magnifique ensemble architectural de forteresses, somptueux palais, jardins et fontaines où l’eau et la lumières jouent un rôle prépondérant. Les palais sont richement décorés.

La Alhambra – El árbol de la vida – Foto le dieu

Les éléments décoratifs sont variés et les plus utilisés sont les motifs de végétaux, les entrelacs, les réseaux de losanges et les calligraphies, qui reproduisent des poèmes des oraisons ou des textes du Coran.

Lorsqu’en 1492, les Rois Catholiques conquirent l’Ahlambra, ils furent émerveillés de la beauté des palais et décidèrent de les conserver sans les modifier.

La Alhambra – La barbacana y la muralla de la Alcazaba, la torre de armas y la torre de la Vela – Foto Michal Osmenda

 Édifiée sur la zone la plus élevée de la colline, l’Alcazaba, qui date du IXe siècle, est la partie la plus ancienne de l’Alhambra.

La Alhambra – Las torres de la Alcazaba – Foto Jebulon

C’était une zone militaire et ses tours permettaient d’observer, entre autres, les mouvements des troupes de la Reconquête. La plus haute, la tour de la Vela, offre une magnifique vue panoramique sur la plaine et la ville de Grenade.

La Alhambra – La Medina – Foto AdriPozuelo

La Médina, aujourd’hui en ruines était une zone habitée, une ville pensée pour subvenir aux besoins de la Cour et des souverains. Elle possédait plusieurs commerces, une mosquée et des bains publics.

Les Palais Nasrides est formé par un groupe de bâtiments qui comportent trois zones: le Mexuar, le Palais de Comares et le palais des Lions. Tous sont constitués de plusieurs salles rectangulaires reliées entre elles par des vestibules.

La Alhambra – Mexuar – Foto José Luiz Bernardes Ribeiro

La salle du Mexuar était le siège du tribunal royal.

La Alhambra – Mexuar – Foto michael clarke stuff

Au centre, quatre colonnes de marbre soutiennent un plafond lambrissé du XVIe siècle ; après la Reconquête, la salle a subi de nombreuses modifications.

La Alhambra -Patio de los Arrayanes – Foto Greenshed

Le palais de Comares est composé de plusieurs salles disposées autour de la cour des Myrtes (el patio de los Arrayanes). Cette cour doit son nom aux buissons de myrtes qui entourent un grand bassin central de 34 mètres de long et 7,10 mètres de large.

La Alhambra – Mexuar – Sala de Ambajadores -Foto José Luiz Bernardes Ribeiro

À l’intérieur de la tour de Comares, se trouvent la salle de la Barque et la salle des Ambassadeurs. Il semble que c’est là que Boabdil prit la décision d’abandonner Grenade et que plus tard Christophe Colomb arriva à convaincre les Rois Catholiques d’organiser l’expédition qui lui fit découvrir l’Amérique.

La Alhambra – Patio de los leones – Ftot Tuxyso

Le palais des lions était la résidence du souverain et de sa famille. Les différentes pièces, la salle des Muqarnas, la salle des rois, la salle, la salle des deux Sœurs, la salle des Abencerages et le harem, se distribuent autour d’un patio central, la cour des Lions.

La Alhambra – Arcos en patio de los leones – foto Javier Carro

La cour des Lions, de 35 mètres de long et 24 mètres de large, est rectangulaire. Elle est entourée d’une galerie couverte supportée par 124 colonnes formant des arcs richement décorés de filigrane.

Au Centre, se trouve la fontaine des Lions où douze statues de lions symbolisant la force et le courage, soutiennent un bassin d’albâtre.

La Alhambra – El pardal y jardines – Foto AdriPozuelo

Le Partal est un ensemble de jardins en terrasse. C’est dans cette zone qu’habitait la noblesse nasride, mais  les palais qu’elle occupait n’existent plus aujourd’hui ou sont en ruines.

La Alhambra – Partal, torre de las Damas – Foto Michael Clarke Stuff

La tour des Dames est la partie antérieure de l’un d’entre eux que l’on peut encore admirer aujourd’hui.

La Alhambra -El Generalife – Foto Bobbylamouche

Le Généralife qui est situé hors des murs d’enceinte de l’Alhambra, était la résidence d’été des souverains nasrides. Il est composé de deux bâtiments qui, contrairement à l’Alhambra, sont très simples et peu décorés.

La Alhambra -Generalife – El patio de la Acequia – Foto Michal Osmenda

Le Généralife possède de superbes jardins où l’eau est l’élément le plus important. Le patio de la Acequia se trouve au centre des bâtiments.

La Alhambra – Patio del ciprès de la Sultana – Foto gema de la fuente

Le patio du Cyprès de la sultane avec son bassin central entouré de haies de myrtes et un autre petit bassin au milieu, possède aussi un cyprès qui selon la légende fut le témoin des infidélités de l’épouse de Boabdil.

La Alhambra – Generalife – La escalera del agua – Foto gema de la fuente

Dans Hauts Jardins du Palais, le murmure de l’eau qui circule dans les deux canaux à trois niveaux de l’Escalier des Eaux (la Escalera del Agua)  apporte une agréable sensation de relaxation.

La Alhambra -Fachada sur del palacio- Foto Ingo Mehling

Le palais de Charles Quint fut ajouté après la Reconquête. C’est un bâtiment carré, de style Renaissance, construit par l’architecte Pedro Manchuca .

La Alhambra – El Palacio de Carlos I – el patio interior. Foto Ra-smit

Son patio rond, à double colonnade est une des plus belles créations de l’époque. Il abrite actuellement le Musée des Beaux-arts de Grenade et le Musée de l’Alhambra.

La Alhambra – Palacio de los Leones – Mirador de Lin-dar-Aixa – Foto Leronich

L’Alhambra a inspiré de nombreux artistes, musiciens, écrivains et poètes comme Manuel de Falla, Francisco Tárrega, Washington Irving, Chateaubriand, Victor Hugo…

L’Alhambra est inscrite au Patrimoine de l’Humanité de l’Unesco.

LES PRONOMS PERSONNELS COMPLÉMENTS EN ESPAGNOL

 

 

LES PRONOMS PERSONNELS COMPLÉMENTS D’OBJET DIRECT

singulier               pluriel
1re pers.            me                          nos
2e pers.             te                             os
3e pers.             lo/le, la                 los/les, las

 

L’emploi du pronom personnel COD est simple pour les premières et deuxièmes personnes du singulier et du pluriel.

Pedro me conoce.
Pierre me connait.

Ellos te miran.
Ils te regardent.

Yo os conozco.
Je vous connais.

María nos ha visto.
Marie nous a vus.

Pour les troisièmes personnes du singulier et du pluriel, la règle générale est l’utilisation de lo au singulier et los au pluriel, si le pronom représente des personnes ou des objets masculins et la au singulier et las au pluriel, s’il représente des personnes ou objet féminins.

Ha llegado Juan. ¿lo has visto?
Jean est arrivé. Tu l’as vu?

¿Donde están los niños? – Los he visto en el jardín.
Où sont les enfants ? – Je les ai vus dans le jardín.

Este libro lo compré ayer.
Ce livre, je l’ai acheté hier.

A esta niña la conozco.
Cette petite fille, je la connais.

No tengo las llaves, las perdí ayer.
Je n’ai pas les clés, je les ai perdues hier.

Si le pronom COD représente usted ou ustedes, on emploie le/la au singulier ou les/las au pluriel.

Señor, le ví ayer en el teatro.
Monsieur, je vous ai vu hier au théâtre.

Señora, la ví ayer en el teatro.
Madame, je vous ai vue hier au théâtre.

Lorsque le COD représente une personne, et seulement au masculin singulier (les ne s’emploie pas au masculin pluriel), l’utilisation du pronom le est permise.

Ha llegado Juan. ¿Le has visto?
Jean est arrivé. Tu l’as vu?

 

LES PRONOMS PERSONNELS COMPLÉMENTS D’OBJET INDIRECT

                             singulier                 pluriel
1re pers.            me                             nos
2e pers.              te                               os
3e pers.             le                                les

 

Carlos me ha enviado las fotos.
Charles m’a envoyé les photos.

El profesor nos explica la lección.
Le professeur nous explique la leçon.

Les pronoms personnels COI ne marquent pas le genre.
Aux troisièmes personnes du singulier et du pluriel, on emploie uniquement les pronoms le et les, indépendamment du genre du nom qu’ils représentent.

Cuando venga mi amigo, le daré este libro.
Quand mon ami viendra, je lui donnerai ce livre.

Dame la dirección de María, le voy a escribir.
Donne-moi l’adresse de Marie, je vais lui écrire.

Llama a los niños, les voy a dar caramelos.
Appelle les enfants, je vais leur donner des bonbons.

Parfois, le contexte ne suffit pas pour identifier le nom représenté par le pronom. Pour préciser, on ajoute a + nom ou pronom.

Pedro le ha escrito a ella.
Pierre lui a écrit.

Pedro le ha escrito a Usted.
Pierre vous a écrit.

Laísmo et loísmo
L’emploi de la/las et lo/los comme pronom personnel COI  au lieu de le/les, existe parfois dans certaines régions d’Espagne, en particulier dans le centre. Il est formellement déconseillé par la RAE (Real Academia Española).

 

 

 

 

 

 

LE VERBE “GUSTAR” EN ESPAGNOL

 

 

Le verbe espagnol “gustar”, qui signifie en français “aimer (quelque chose)”, se construit de façon un peu particulière. Il ressemble beaucoup au verbe français « plaire » et se conjugue le plus souvent aux troisièmes personnes du singulier et du pluriel :

(préposition a + COI) + pronom personnel COI + verbe gustar conjugué + sujet de gustar

(A mí), me gusta el chocolate.
J’aime le chocolat.

(A ella), le gustan los pasteles.
Elle aime les gâteaux.

(A nosotros), nos gusta el café.
Nous aimons le café.

La préposition a + COI (“a mí, a ella, a nosotros…” dans les exemples  précédents)  sert à insister et est facultative, sauf s’il y a un nom au lieu d’un pronom :

A María, le gustan las flores.
Marie aime les fleurs.
Le gustan las flores.
Elle aime les fleurs.

Le sujet du verbe « gustar »  se trouve toujours après le verbe qui sera conjugué à la troisième personne du singulier ou à la troisième personne de pluriel. Dans l’exemple ci-dessus « las flores » est le sujet du verbe « gustar ».

Le sujet peut être aussi un verbe à l’infinitif, et dans ce cas « gustar » se conjugue à la troisième personne su singulier.

Os gusta leer.
Vous aimez lire.
Les gusta viajar.
Ils aiment voyager.

Le verbe « gustar » ne s’emploie pas pour exprimer un sentiment, même s’il peut s’utiliser pour une personne :
Me gustas.
Tu me plais.
Te quiero.
Je t’aime.

 

 

 

 

LES DOUCEURS TYPIQUES DE NOËL EN ESPAGNE

 

 

Les fêtes de Noël ont une grande importance en Espagne et elles s’étendent sur une assez longue période qui commence le 24 décembre et se termine le 6 janvier.
Le jour de Noël réunit la famille autour d’un repas spécial. La gastronomie espagnole est très variée et les spécialités culinaires de Noël diffèrent selon les régions, cependant les mêmes friandises se trouvent obligatoirement sur toutes les tables du pays pendant ces fêtes.

Turrón

Le touron (el turrón) est sans aucun doute la plus consommée de cette période de l’année. Fabriqué à partir de miel et d’amandes, cette friandise d’origine arabe est un nougat.

Turrón de Jijona – Foto Tamorlan

Le touron de Jijona a une texture plus molle et se prépare avec des amandes pilées.

Turrón de Alicante – Foto Tamorlan

Le touron d’Alicante est dur et élaboré avec des amandes entières. Les deux sont des spécialités traditionnelles. Il existe aussi de nos jours d’autres variantes au chocolat, à la pistache à la liqueur…

Turrón guirlache

Le guirlache, d’origine aragonaise est une variante de touron aux amandes grillées et caramélisées.

mazapán navideño – Foto Tamorlan

Les massepains (les mazapanes) qui proviennent de Tolède sont des confiseries sous la forme de « figurines », faîtes  d’amandes moulues et de sucre.

Polvorón navideño – Foto Roinpa

Les mantecados et les polvorones, préparés avec du saindoux, de la farine de blé, de châtaignes ou d’amandes ont une origine andalouse.

Dulces navideños

Toutes ces friandises sont disposées sur un plateau et offertes aux visiteurs et servies à la fin des repas pendant ces jours de fêtes, jusqu’au 6 janvier où l’on dégustera aussi la fameuse couronne des rois, « el roscón de Reyes »…

Un vrai bonheur pour les gourmands !

 

CARTES DE VOEUX EN ESPAGNOL

 

 

 

Envoyer une carte de voeux à l’occasion des fêtes de fin d’année est une tradition qui existe dans toute l’Europe et une belle façon de manifester l’estime et l’affection que l’on aux personnes qui nous sont chères.

Si vous souhaitez envoyer un message en espagnol pour Noël ou le jour de l’an voici quelques modèles de phrases :

¡Felices Fiestas !
Bonnes Fêtes !

 ¡Feliz Navidad !
Joyeux Noël ¡

 ¡Feliz Navidad y prospero Año Nuevo!
Joyeux Noël et Bonne Année ¡

¡Feliz Año Nuevo !
Bonne Année !

¡Qué tengas una Feliz Navidad y un próspero Año Nuevo! Con todo nuestro cariño/amistad.
Nous te souhaitons un Joyeux Noël et une Bonne Année ! Avec toute notre affection/amitié.

¡Felices Pascuas* ! Con mis mejores deseos para que vuestros proyectos y sueños se cumplan en 201X.
Bonnes Fêtes ! Avec mes meilleurs voeux afin que vos projets et vos rêves se réalisent en 201X.

¡Felicidades en estas fiestas ! ¡Que 201X sea para ti, un año lleno de éxitos!
Mes meilleurs voeux à l’occasion de ces fêtes ! Que 201X soit pour toi, une année remplie de succès !

¡Felices fiestas ! Te deseo un Año Nuevo lleno de dicha y prosperidad !
Bonnes fêtes ¡ Je te souhaite une Nouvelle Année pleine de bonheur et de prospérité.

En estas fechas tan especiales, quiero expresarte nuestros mejores deseos de felicidad, paz y amor.
À l’occasion de ces dates si particulières, je veux te transmettre nos meilleurs vœux de bonheur, de paix et d’amour.

Le deseo una feliz Navidad, rodeado de sus seres queridos y un Año Nuevo, lleno de éxitos.
Je vous souhaite un Joyeux Noël, entouré des personnes qui vous sont chères et une Nouvelle Année remplie de succès.

Le enviamos nuestros cálidos saludos y nuestros mejores deseos de una feliz Navidad y un maravilloso Año Nuevo.
Nous vous envoyons nos chaleureuses salutations et nos meilleurs vœux pour un  joyeux Noël et une merveilleuse Nouvelle Année.

Qué este Año nuevo este repleto de felicidad, paz y amor !
Que cette nouvelle année soit remplie de bonheur, de paix et d’amour !

Deseo que en estas fiestas, reinen en tu casa, el amor, la paz y la felicidad.
Je souhaite que, pendant ces fêtes, l’amour, la paix et le bonheur règnent chez toi.

En estas Navidades, recibe mis mejores deseos de felicidad para ti y toda tu familia.
À l’occasion de ces fêtes de Noël, reçois mes meilleurs vœux de bonheur pour toi et toute ta famille.

 

*Pascuas : designe généralement la fête de Pâques mais aussi les fêtes Noël.

 

MIGUEL DE CERVANTES

 

 

Miguel de Cervantes – retrato atribuido a Juan de Jáuregui.1

Miguel de Cervantès est l’écrivain le plus connu mondialement, de la littérature espagnole. Son nom reste associé au personnage de Don Quichotte, « le chevalier à la triste figure » et aux aventures rocambolesques.

Miguel de Cervantes – Plaza de España – Madrid – Foto Carlos Delgado

Bien qu’on ait peu de détails sur la vie de Cervantès, on sait cependant que, comme celle du célèbre hidalgo, elle a été remplie d’aventures et de difficultés.

Miguel de Cervantes – Torre de la iglesia de Santa María la Mayor de Alcalá de Henares donde bautizaron a Cervantes – Foto Crates

Miguel de Cervantès est né à Alcalá de Henares en 1547. Son père est un modeste chirurgien-barbier, dont la situation financière, toujours précaire, oblige la famille à changer souvent de résidence. Le jeune Miguel passe son enfance et une partie de son adolescence à Valladolid d’abord, puis en Andalousie.

Miguel de Cervantes – lápida conmemorativa de los estudios del autor en la calle de la Villa en Madrid – Foto Raimundo Pastor

De retour à Madrid, il reçoit pourtant une bonne éducation et devient disciple de l’humaniste Lopez de Hoyos.

Miguel de Cervantes – La batalla de Lepanto de artista desconocido

À l’âge de 20 ans, il part pour Rome et s’enrôle dans l’armée (la Sainte Ligue) où, en 1571, sous les ordres de Don Juan d’Autriche, il participe à la bataille de Lépante, contre les Turcs. Il y reçoit plusieurs blessures et perd l’usage de la main gauche, ce qui lui vaut le surnom de « manco de Lepanto » (manchot de Lépante).

Miguel de Cervantes – Argel en el siglo XVI

En 1575, il décide de rentrer en Espagne, mais la galère « El Sol » dans laquelle il voyage, est attaquée par les Barbaresques qui l’emmènent à Alger. Après cinq ans de captivité et plusieurs tentatives d’évasion manquées, les Pères trinitaires obtiennent sa libération en 1580.

Miguel de Cervantes – La galatea 1585

De retour dans sa patrie, il constate que sa famille est ruinée. Il se marie, mais se sépare de son épouse peu de temps après. Son premier roman « la Galatée » n’a aucun succès.

Pressé par les besoins financiers, Miguel de Cervantès finit par trouver un emploi officiel : il est chargé de percevoir un impôt en Andalousie, pour approvisionner la flotte de « l’Invincible Armada ». En 1597, endetté, il est arrêté et incarcéré dans la redoutable prison de Séville.

Miguel de Cervantes – Casa del escritor en Valladolid entre 1604 y 1606 – Foto Lourdes Cardenal

Quelques années plus tard, en 1604, il s’installe à Valladolid où réside la Cour et en 1605, il publie la première partie de « Don Quichotte de la Manche » qui connaît un succès immédiat.

Miguel de Cervantes – Primera edición del Quijote (1605)

Il suit la cour de Felipe III qui établit sa résidence à Madrid et bénéficie de la protection de nobles et en particulier du Duc de Lerma.

Miguel de Cervantes – Estatua de cera de Cervantes – Museo de cera de Madrid – Foto Tamorlan

À partir de ce moment, il consacre tout son temps à l’écriture et publie « Les nouvelles exemplaires », « Le voyage du Parnasse », huit comédies, huit intermèdes et en 1615 la seconde partie de « Don Quichotte ».
Mais pourtant, même si ses œuvres sont alors reconnues, sa situation économique reste précaire jusqu’à sa mort en 1616.

Cervantes fut enterré à Madrid, dans une chapelle qui appartenait au couvent des Trinitaires.

Cervantes fut enterré à Madrid, dans une chapelle qui appartenait au couvent des Trinitaires.

Miguel de Cervantes – El ingenioso hidalgo Don Quijote de la Mancha

De toutes les œuvres de Miguel de Cervantès, « Don Quichotte de la Manche » est celle qui a marqué l’histoire de la littérature universelle. Déjà traduite en français et en anglais du vivant de son auteur, ce chef-d’œuvre est le deuxième livre le plus lu au monde, après la Bible.

Miguel de Cervantes – Firma del escritor

Lorsqu’il a entrepris l’écriture de Don Quichotte, l’intention de Cervantès était simplement de faire une parodie de ces romans de chevalerie aux héros fantastiques, qui plaisaient tant aux générations précédentes et que beaucoup de gens lisaient encore.
Mais il a fait beaucoup plus car il a inventé un genre nouveau, une nouvelle façon de créer un long récit : le roman tel que nous le connaissons aujourd’hui.

Les œuvres de Miguel de Cervantes sont patrimoine de l’humanité.

EXPRIMER L’OBLIGATION EN ESPAGNOL

 

 

 

 

Il y a plusieurs façons d’exprimer l’obligation en espagnol :

 

Deber + infinitif exprime une obligation personnelle ou morale
Debes estudiar para aprobar el exámen.
Tu dois étudier pour réussir à l’examen.

 

Haber de + infinitif exprime aussi l’obligation de réaliser une action
Has de dormir más para estar en forma.
Tu dois dormir davantage pour être en forme.

 

Tener que + infinitif exprime une obligation incontournable
Tenemos que salir ahora si queremos coger el tren de las cinco.
Nous devons partir maintenant si nous voulons prendre le train de cinq heures.

 

Hay que + infinitif exprime une obligation d’ordre général
Hay que tener mucha suerte para ganar a la lotería.
Il faut avoir beaucoup de chance pour gagner à la loterie.

 

Hace falta, es necesario, es menester, es preciso : ces quatre formes qui sont également suivies d’un infinitif, se traduisent aussi par il faut.
Es preciso rellenar este formulario para inscribirse al curso de francés.
Il faut remplir ce formulaire pour s’inscrire au cours de français.

 

 

 

LE PLURIEL DES NOMS COMPOSÉS EN ESPAGNOL

 

 

 

La formation du pluriel des noms composés dépend de la nature des mots qui les composent.

 

La marque du pluriel apparait sur le deuxième mot lorsque le nom s’écrit en un seul mot

Nom + nom
La bocacalle                las bocacalles         entrée(s) de rue(s)

Nom + adjectif
El aguardiente           los aguardientes       eau(x) de vie

Ajectif + adjectif
Un claroscuro       
    unos claroscuros     clair(s)-obscur(s)

Verbe + nom
El matafuego         
     los matafuegos       extincteur(s)

Verbe + pronom
El pésame                
     los pésames             condoléances

 

La marque du pluriel apparait seulement sur le premier mot lorsque le nom est composé de deux noms qui ne sont pas soudés et que le second joue le rôle d’adjectif du premier

Nom + nom
La hora punta  
     las horas punta       heures(s) de pointe
El piso piloto          los pisos piloto       appartement(s) témoin(s)

 

La marque du pluriel apparait sur les deux composants  qu’ils soient soudés ou séparéslorsque le nom composé est formé d’un nom et d’un adjectif.

Nom + adjectif
El guardia civil       
     los guardias civiles     garde(s) civil(s)
El gentilhombre         los gentileshombres  gentil(s)hommes(s), mais également  los gentilhombres

 

De nombreux noms composés sont invariables parce qu’ils sont formés avec un nom déjà au pluriel

El cortapapeles          los cortapapeles     coupe-papier(s)
El cuentagotas           los cuentagotas      compte-gouttes
El cumpleaños            los cumpleaños      anniversaire(s)

 

Certains mot composés invariables sont des cas particuliers

El hazmerreír            los hazmerreír      risée(s)
El todoterreno 
     los todoterreno    4 x 4

∗ atasco = embouteillage

LES ÎLES CIES, « LES ÎLES DES DIEUX »

 

 

Las islas Cies – Panorámica desde la isla do Faro – Foto Caos-commonswiki

Les îles Cies se trouvent au nord-ouest de l’Espagne, dans la province de Pontevedra, en Galice.

Las islas Cies – Atardecer – Foto Scorps88

Ces trois îles paradisiaques que les romains appelaient « les îles des dieux » forment un archipel juste en face de la ria de Vigo. Monteagudo est l’île du nord, Do Faro, celle du centre et San Martiño est celle qui est au sud.

Las islas Cies – Foto I. Iria Gónzalez Sierra

Les deux premières sont unies par un brise-lame, mais aussi, de façon naturelle par une langue de sable.

Las islas Cies – Playa de Cantareira- Foto I Drow male

Déclarées Parc National en 1980, elles appartiennent depuis 2002 au Parque National Maritime et Terrestre des îles atlantiques de Galice.

Inhabitées de nos jours, les îles Cies furent peuplées dès l’antiquité comme l’indiquent les vestiges archéologiques qui datent de 3 500 av, J.-C.

Las islas Cies – Los Castros – Pueblo Celta – Foto Juan Mejuto

Postérieurement, des Celtes, des romains, puis  des moines au Moyen-âge, s’y installèrent.
Elles furent aussi souvent attaquées par des pirates turcs et normands qui les utilisèrent comme repaires et par le terrible Francis Drake qui dévasta la Ria de Vigo.

Las islas Cies – Acantilados- Foto I Drow male

Les îles Cies sont très montagneuses, abruptes à l’ouest avec des falaises verticales de plus de 100 mètres mais accessibles à l’est avec de belles plages de sable fin.

Las islas Cies – Veleros – Foto Kilezz QuiRóH

L’archipel a neuf magnifiques plages de sable blanc, aux eaux cristallines.

Las islas Cies – Playa de Roda – Foto Juantiagues

La plage de Rodas, la plus grande et la plus connue, se trouve sur l’île de Monteagudo. Elle a été classée « plus belle plage du monde » par le quotidien britannique « The Guardian » en 2007.

Las islas Cies – Plata de Figueiras – Foto Mario José Martins

Mais toutes offrent les mêmes eaux turquoise, le même sable fin, la même luminosité et la même tranquillité…

Las islas Cies – Pinos y helechos – Foto Kilezz QuiRóH

Les îles ont aussi de nombreux sentiers de randonnées qui, traversant des forêts de pins et d’eucalyptus, et des maquis de plantes autochtones, de fougères et d’ajoncs,  conduisent aux rochers montagneux .

Las islas Cies – Gaviota patiamarilla – Foto FentaBrú

Il est possible au cours du trajet d’observer quelques-unes des nombreuses espèces d’oiseaux qui habitent les îles.

Las islas Cies – Faro – Foto Pablo Costa Tirado

Arrivés au sommet, la vue est incomparable.

Las islas Cies – Vista desde lo alto de una de las islas – Foto Luis Cayola

L’accès à l’archipel ne peut se faire qu’en bateau et le nombre des visiteurs est limité. Les voitures son interdites afin de maintenir la tranquillité de ce petit paradis…

Las islas Cies – Cormoranes – Foto Javier Albertos