NOMS MASCULINS ET FÉMININS EN ESPAGNOL

 

 

 

 

Certains noms gardent la même forme, ou modifient simplement leurs terminaisons, au masculin et au féminin. Quelques-uns conservent la même signification, pour d’autres, le changement de genre entraîne une modification du sens.

 

NOMS QUI CHANGENT DE GENRE SANS CHANGER DE SENS

el/la comerciante      le/la commerçant(e)
el/la pianista              le/la pianiste
el/la modelo               le mannequin
el/la mártir                  le/la martyr(e)
el/la cantante             le chanteur/la chanteuse
el/la testigo                le témoin
el/la joven                   le jeune homme/la jeune fille

 

NOMS DE MÉTIERS QUI PRENNENT UNE FORME FÉMININE

Certains noms de métiers qui n’existaient qu’au masculin ont pris une forme féminine :

el médico / la médica            le médecin
el ministro / la ministra         le ministre / la ministre
el autor / la autora                 l’auteur / l’auteure
el profesor / la profesora      le professeur / la professeur
el huésped / la huéspeda     l’hôte / l’hôtesse

 

NOMS QUI CHANGENT DE SENS EN CHANGEANT DE GENRE

el capital    le capital
la capital   la capitale

el cometa    la comète
la cometa    le cerf-volant

el cólera      le choléra
la cólera      la colère

el cura         le curé
la cura         la cure

el parte        le communiqué
la parte        la part

el orden      l’ordre (rangement)
la orden      l’ordre (commandement)

Pour certains mots, le passage du masculin au féminin exprime une différence de taille :

el cubo      le seau
la cuba      la cuve

el charco   la flaque
la charca   la mare

el barco     le bateau
la barca     la barque

 

 

LE PONT D’ALCANTARA

 

 

 

El puente de Alcantara – Foto JoseCasado

Le pont d’Alcantara est situé dans la province de Cacéres en Estrémadure.

El puente de Alcantara – Foto Alonso de Mendoza

Impressionnant par sa taille et sa solidité, c’est un des ponts romains les mieux conservés au monde. Il fut construit en l’honneur de l’empereur Trajan, par l’architecte Cayo Julio Lacer, pour traverser le Taje et créer ainsi une voie de communication entre l’Espagne et le Portugal. Le nom qu’il a conservé aujourd’hui lui fut donné par les Maures au XIIe siècle : « Al-Quantarat » signifie « Le Pont » en arabe.

El puente de Alcantara – Foto JoseCasado

Sa construction fut réalisée en pierres de taille rectangulaires et ses mesures sont de 214 mètres de long et 8 mètres de large. Actuellement, on peut encore le traverser en voiture.

El puente de Alcantara – Foto CHIRIBEJE

Le pont repose sur cinq piliers dont les différentes hauteurs s’adaptent au terrain. Les deux arches centrales ont environ 30 mètres de large. Ces dimensions, qui peuvent sembler disproportionnées pour le débit normal du Taje, ont été conçues en prévision de ses grandes crues.

El puente de Alcantara – Arco de triunfo – Foto José Luis Filpo Cabana

Au centre du pont, sur le pilier central, s’élève un arc de triomphe de 13 mètres de hauteur qui conserve encore plusieurs inscriptions et une dédicace à l’empereur Trajan : « À l’empereur César, fils du divin Nerva, Trajan, Auguste, Germanius, Dacius, souverain pontife, sous le VIIIe puissance tribunitienne, empereur pour la Ve fois, Père de la patrie. »

El puente de Alcantara – Templo romano – Foto CHIRIBEJE

À une extrémité du pont, un petit temple romain rectangulaire porte une légende sur le linteau : « Ce pont qui restera à travers les siècles, c’est Lacer qui l’a fait, de tout son fameux art. »

El puente de Alcantara – Torre del Oro

De l’autre côté du pont se dresse la Torre del Oro, une tour construite au XVIIIe siècle qui appartenait aux murailles de fortification de la ville d’Alcantara.

 

LE GENRE DES NOMS EN ESPAGNOL

 

 

 

 

En espagnol comme en français, tous les noms sont, soit masculins, soit féminins. En général, les noms terminés en –o sont masculins et les noms terminés en –a sont féminins, mais beaucoup d’entre eux ont une autre terminaison.

 

NOMS MASCULINS

Les noms terminés en –o :
El libro       
le livre
El médico  le médecin
El cielo      le ciel
Exceptions : la mano (la main), la foto (la photo), la dinamo (la dynamo)

 Les noms terminés en –or :
El actor    
l’acteur
El calor     la chaleur
El honor    l’honneur
Exceptions : La flor (la fleur), la sor (la religieuse), la labor (la labor).

 Les noms terminés en –aje, -al, -án, -ón
El garaje  
le garage
El canal     le canal
El azafrán  le safran
El limón     le citron

 La plupart des noms terminés en –e, -í, -ú :
El príncipe   
le prince
El jabalí         le sanglier
El menú         le menu

 Les noms de montagnes, de fleuves, de mers :
Los Alpes            
les Alpes
El Ebro                l’Ebre
El Mediterráneo  la Mediterranée

 

 NOMS FÉMININS

 Les noms terminés en –a :
La profesora    
la professeure
La hermana       la sœur
La amiga           l’amie
Exceptions : elles sont nombreuses.
El día (le jour), el poeta (le poète), el alma (l’âme), el mapa (la carte)…

 Les noms terminés en –zón, -ción, -sión :
La razón      
la raison
La canción  la chanson
La pasión    la pasión
Exceptions : el corazón (le cœur), el buzón (la boîte aux lettres)

 Les noms terminés en –dad, -tad :
La bondad  
la bonté
La libertad   la liberté
La amistad   l’amitié

 Les noms terminés en –ez, -iz, -ud
La vejez      la vieillesse
La cicatriz  la cicatrice
La actitud   l’attitude

 

 

 

EL BURGO DE OSMA

 

El Burgo de Osma – Vista desde el castillo de Osma foto Daniel Muñoz

El Burgo de Osma est une petite ville d’environ 5 000 habitants, de la province de Soria.

El Burgo de Osma- Atalaya de Uxama – Foto Pigmentoazul

C’était à l’origine une enclave celtibère importante, située à peu de distance de son emplacement actuel et connue sous le nom de Uxama-Argaela. Elle fut occupée successivement par les romains, puis par les wisigoths qui la convertirent en siège épiscopal, et par les arabes qui y installèrent une tour de vigie.

El Burgo de Osma-Foto Jsanchezes

En 1101, l’évêque Pedro de Bourges (San Pedro de Osma) fit construire un monastère au bord de la rivière Ucero, autour duquel  les populations s’installèrent. Une bourgade d’artisans et de commerçants se développa et prit le nom de Burgo de Osma.

El Burgo de Osma – Catedral de Santa Marçia de la Asunción – Foto Willtron

La cathédrale, autour de laquelle s’était constituée la cité médiévale,  était l’édifice le plus important de la ville. De style gothique, elle fut construite sur l’ancienne église romane en partie détruite et  dont elle conserve la salle capitulaire et quelques peintures.

El Burgo de Osma – Techo de la Sacristía de la catedral – Foto Jose Luis Filpo Cabana

Elle possède aussi de nombreux éléments de l’époque de la Renaissance et une tour baroque de 1739. À l’intérieur, elle conserve une importante collection de codex parmi lesquels se trouve celui du Beatus de Liebana.

 

El Burgo de Osma-Palacio-Episcopal

Le Palais Épiscopal, construit au XVIe siècle est toujours le siège de l’évêché. Il se caractérise par son magnifique portail de style gothique tardif.

El Burgo de Osma – Ayuntamiento – foto Lourdes Cardenal

Sur la Plaza Mayor, entourée d’arcades, se trouvent deux édifices du XVIIIe siècle : la Mairie et l’Hôpital de San Agustín.

El Burgo de Osma- Ciudad medieval – Foto M.Peinado

Toutes les rues de l’ancienne ville qui entourent la Plaza Mayor ont des arcades, et la rue Obispo Rubio en a de chaque côté.

La rue Ruiz Zorilla conduit à la place de Santo Domingo où se trouve la fontaine del Mono qui est un symbole de la ville.

El Burgo de Osma – La muralla – Foto MARIA ROSA FERRE

Les murailles du Burgo de Osma, dont certaines parties sont encore bien conservées furent édifiée en 1458 par l’évêque Pedro de Montoyo. C’est par l’une de ses entrées, la porte del Angel, que l’on accède à la ville.

El Burgo de Osma – Castillo de Osma – Foto M.Peinado

Sur une colline proche, le château d’Osma domine la ville et ses alentours. Il conserve encore des traces de fortifications du VIIIe siècle, bien que l’enceinte extérieure et la tour del Agua datent du XVe siècle.

El-Burgo de Osma- Perdices en escabeche – Foto Tamorlan

La gastronomie de région est magnifiquement représentée au Burgo de Osma avec sa grande variété de charcuterie et ses délicieuses préparations de gibiers et d’agneau grillé et le fameux « cocido castellano » (sorte de pot-au-feu), sans oublier la grande diversité de champignons en automne

DONNER L’HEURE EN ESPAGNOL

 

 

 

En espagnol, pour demander et donner l’heure, on utilise le verbe « ser » :

Le verbe est toujours au singulier quand on pose la question.
¿Qué hora es ?   Quelle heure est-il?

Lorsqu’on donne l’heure, le verbe se conjugue au singulier pour une heure, et au pluriel à partir de deux heures
Es la una.   Il est une heure.
Son las tres.  Il est trois heures.
Son las diez.  Il est dix heures.

Pour les minutes après l’heure, on utilise « y » devant la quantité  de minutes :
Son las ocho y diez.    Il est huit heures dix.
Son las dos y cuarto.   Il est deux heures et quart.
Son las seis y media.  Il est six heures et demie.

Pour les minutes avant l’heure, on utilise « menos » devant la quantité de minutes :
Son las cinco menos veinte.  Il est cinq heures moins vingt.
Es la una menos cuarto.   
Il est une heure moins le quart.

L’heure pile se dit « en punto »
Son las tres en punto.  
Il est trois heures pile.

Lorsque l’heure n’est pas très précise, on emploie l’expression « y pico » qui signifie « et quelques »
Son las cinco y pico.   Il est cinq heures et quelques.

En espagnol, le système horaire sur 24 heures est utilisé surtout pour les horaires officiels.

Dans le langage courant, on utilise le système sur douze heures et il est souvent nécessaire de préciser le moment de la journée :
Son las nueve de la mañana.   Il est neuf heures du matin.
Son las tres de la tarde.   Il est trois heures de l’après-midi.
Son las diez de la noche.   Il est dix heures du soir.
Es la una de la madrugada.   Il est une heure du matin. (madrugada = temps entre minuit et l’aube).

Es mediodía.   Il est midi.
Es medianoche.   Il est minuit.

 

Quelques expressions avec « hora » :

Poner en hora.   Mettre à l’heure
Pedir hora.    Demander rendez-vous
Dar hora.     Donner rendez-vous
La hora punta.   L’heure de pointe
En su hora.     Le moment venu
Horas extraordinarias.   Heures supplémentaires (travail)
La hora de la verdad.      La minute de vérité.
Tener muchas horas de vuelo.   Avoir de l’expérience.
¡Ya era hora!   Il était temps !
¡A buenas horas mangas verdes !  Trop tard !
No dar ni la hora.   Être avare.

 

 

 

 

 

LA VALLÉE DU JERTE

 

 

Valle del Jerte – Cerezos – Foto Wendigo

Au nord de la région d’Estrémadure, entre deux chaînes de montagnes du massif de Gredos, la vallée du Jerte se caractérise par la beauté de ses paysages.

Valle del Jerte en Otoño – Foto Angelvi

 Ses nombreuses cascades qui lui ont valu le surnom de « valle del agua » ( vallée de l’eau) et ses vastes zones de forêts de chênes et de châtaigniers font de cette zone un paradis pour les amoureux de la nature.

Valle del Jerte – Río Jerte – Foto Luis Fernández García

Le Jerte prend sa source près de Tornavaca dans la sierra de Bejar, à 1800 mètres d’altitude.

Valle del Jerte – Vista general – Garganta de La puris – Foto Frobles

Il s’alimente de plusieurs cours d’eau qui descendent des montagnes formant de nombreuses cascades : Saint-Martin, Becedas, los Infiernos, buitres, Bonal…

Valle del Jerte – Garganta de los Infiernos – Foto Neticola

La gorge de « Los Infiernos » est l’un des endroits les plus connus grâce à ses magnifiques piscines naturelles aux eaux cristallines, « los pilones ».

Valle-del-Jerte-Iglesia-de-Cabezuela-del-Valle-Foto-DavidDaguerro.jpg

Les onze villages pittoresques qui parsèment la vallée ont conservé leur aspect médiéval, leurs rues étroites et leurs maisons de pierre aux balcons fleuris.

Valle del Jerte – Camino bajo los cerezos – Foto victor estrada diaz

Grâce à l’orientation des montagnes, la vallée du Jerte bénéficie d’un climat plus doux que le reste de la zone, ce qui lui a permis de développer son agriculture, et en particulier la culture des cerisiers.

Valle del Jerte en flor – Foto Frobles

Au printemps, entre mars et avril, l’éclosion des fleurs de plus de millions de cerisiers couvre toute la vallée offrant un magnifique spectacle qui attire de nombreux visiteurs.

Valle del Jerte en flor – foto MACfoto1963

La floraison dure environ deux semaines, pendant lesquelles ont lieu de nombreuses activités ludiques, culturelles et sportives pour célébrer la « Fête du cerisier en fleurs »

Valle del Jerte – Migas

La gastronomie est aussi à l’honneur et offre une grande variété plats traditionnels à ne pas manquer : migas, calderetas, truite du Jerte… Les délicieuses pâtisseries et les confitures, préparées à base de cerises, sont également irrésistibles et les liqueurs de cerise sont élaborées de façon traditionnelle.

Valle del Jerte – -Cerezas – Foto Hispalois

La cerise du Jerte, appelée « picota », est une variété de la région protégée par une dénomination d’origine. C’est la seule qui se détache de l’arbre sans queue.

Valle del Jerte – Foto Jose Javier Martin Espartosa

La culture des cerisiers est l’activité la plus importante de la région. La qualité des fruits est excellente et la production qui est grande est distribuée en Espagne et dans de nombreux pays.

L’ARTICLE NEUTRE “LO” EN ESPAGNOL

 

 

 

L’article neutre “lo” est un peu particulier. Il ne s’emploie jamais devant un nom commun car tous les substantifs en espagnol sont masculins ou féminins.

Il s’utilise devant des adjectifs et des participes passés, au masculin singulier, ou des adverbes, et leur donne une fonction de nom de sens général ou abstrait.

L’article   “lo” s’utilise dans les cas suivants :

 

Devant un adjectif qualificatif ou un participe passé au masculin singulier :

Es lo único que puedes hacer.
C’est la seule chose que tu puisses faire.

Lo importante es aprobar el examen.
L’important est de réussir à l’examen.

Lo sucedido ayer no tiene importancia.
Ce qui s’est passé hier n’a pas d’importance.

 

Devant un possessif : mí, tuyo, suyo, nuestro…

No me gusta que te metas con lo mío.
Je n’aime pas que tu te mêles de mes affaires.

Lo suyo es la música.
Son domaine, c’est la musique

 

Devant la préposition “de” suivie d’un nom ou d’un adverbe :

Lo de Pedro es increíble.
Ce qui arrive à Pierre est incroyable.

Voy a contarte lo de ayer.
Je vais te raconter ce qui est arrivé hier.

 

« Lo » précédé de la préposition “a” et suivi d’un nom propre ou d’un adjectif signifie  “à la façon de ” :

Está peinado a lo Cristiano Ronaldo.
Il est coiffé à la façon de Cristiano Ronaldo.

Tomó esta decisión a lo loco.
Il a pris cette décision sans réfléchir.

 

“Lo” suivi de “que” et d’un verbe conjugué ou de “de”  + un infinitif :

Lo que dices es interesante.
Ce que tu dis est intéressant.

Lo de viajar de noche no me gusta mucho.
L’idée de voyager la nuit, ne me plait pas beaucoup.

 

“Lo que” devant un nom ou un pronom signifie “comme ”, “la même chose” :

María hace lo que tú.
Marie fait comme toi.

 

“Lo” suivi d’un adjectif ou d’un adverbe + que :

¡No te puedes imaginar lo simpáticas* que son las amigas de María!
Tu ne peux pas imaginer combien les amies de Marie sont sympathiques !
* Dans ce cas « lo » est quantitatif et l’adjectif s’accorde avec le nom

¡Sabes lo mucho que te aprecio!
Tu sais combien je t’apprécie !

 

LE PALAIS ROYAL DE MADRID

 

 

 

Madrid – El palacio Real – Foto Carlos Delgado

Le palais royal de Madrid, situé rue de Bailén dans le vieux Madrid, est un des plus grands palais d’Europe. Résidence officielle du roi d’Espagne, il n’a cependant que des fonctions protocolaires, car, actuellement, la famille royale vit au Palais de la Zarzuela. Le roi Alfonso XVIII fut le dernier roi qui l’habita.

Madrid – El palacio Real – Los jardines de Sabatini – Foto Konstantinos

Le roi Felipe V ordonna sa construction en 1738 pour remplacer l’ancien Alcazar royal détruit par un incendie en 1734. Les architectes Filippo Juvarra, Juan Bautista Sacchetti et Francesco Sabatini furent chargés de diriger les travaux. Le palais fut terminé en 1755 et Carlos III fut le premier roi qui y demeura.

 

Madrid – Plano del Palacio Real

À la fois élégant et imposant, conçu pour représenter la puissance de la royauté, le Palais Royal qui se dresse autour d’une cour carrée, occupe une surface de 135 000 m2 et compte plus de 3 000 pièces, dont 50 sont ouvertes au public, 44 escaliers et une trentaine de salons principaux. Ses façades ont trois niveaux, 870 fenêtres et 240 balcons.

Les matériaux utilisés pour sa construction sont le marbre, le granit et la pierre blanche de Colmenar.

Madrid – La Cathédrale de la Almudena – Photo Luis Carcía

Sur la place de l’Armería devant l’entrée du palais, se trouve la cathédrale de Santa María la Real de Almudena construite entre 1878 et 1992.

Madrid – El palacio Real – Fuente de Felipe IV – Foto Sammy pompon

À l’est du palais, sur la place de Oriente se dresse la statue de Felipe IV au centre, et de chaque côté celles de 20 rois espagnols de l’époque visigothe et de la période de la Reconquête.

Madrid – El palacio Real y el Campo del Moro – Foto Antonio velez

 

Madrid – El palacio Real – Jardin de Sabatini – Foto Richie Diesterheft

À l’ouest et au nord, deux magnifiques jardins, le Campo del Moro  et les  Jardins de Sabatini bordent le palais.

Madrid – Palacio Real – Carlos IV vestido de cazador por Goya

L’intérieur du palais est somptueusement décoré et abrite de nombreuses œuvres d’art, parmi les quelles figurent des peintures d’artistes prestigieux comme de Goya, Velázquez ou Le Greco. Il y a aussi plusieurs sculptures remarquables de Bernini, Benlliure, Coysevox et Querol. Certaines proviennent de l’ancien Alcazar. La série des planètes de Jonghenllinck est répartie entre la Salle du Trône et la Salles des Colonnes.

Madrid – El palacio Real – La capilla real – Foto Eric Chan

La chapelle royale, construite entre 1750 et 1759 par Ventura Rodriguez est utilisée pour les cérémonies religieuses concernant la famille royale.

Madrid – El palacio Real – Salón deñ trono – Foto Fabio Alessandro Locati

La salle du trône est une des pièces les plus importantes. Les trônes rouges et or sont des copies exactes de ceux de Charles Quint. Les grandes glaces proviennent de la Fabrique de Verre de La Granja.

Madrid – El palacio Real – La escalera principal – Foto Kris Arnold

Le grand escalier d’honneur en marbre, fut réalisé par Sabattini.

Madrid – El palacio Real – El comedor – Foto Jose Luis Filpo Cabana

La Salle à manger avec sa grande table, ses plafonds décorés de fresques et ses magnifiques tapis fut décorée en 1879.

Madrid – El palacio Real – El Salón Gasparini

Le salon de Gasparini de style rococo, est considéré comme l’une des plus belles pièces du palais.

Madrid – Palacio Real -Tapiz – Foto PMRMaeyaert

Le Palais-Royal abrite aussi de nombreuses collections qui ne sont pas toutes exposées en raison de leur grande variété. Les collections de tapis et d’horloges se trouvent parmi les plus complètes et prestigieuses d’Europe.

Madrid – El palacio Real – Un violín Stradivarius – Foto Gryffindor

Parmi les instruments de musique conservés au Palais Royal,  la collection de Stradivarius est la plus importante du monde.

 

OMISSION DE L’ARTICLE DÉFINI EN ESPAGNOL

 

 

 

 

En espagnol, il y a plusieurs cas où l’article défini est omis.

Cas où l’article défini ne s’emploie pas en espagnol :

 

– devant les noms de pays utilisés seuls :

El verano próximo,  visitaremos España.
L’été prochain, nous visiterons l’Espagne.

Si le nom est déterminé, l’article apparaît :
La España medieval    L’Espagne médiévale


Exceptions :

Pour certains pays, l’emploi de l’article est facultatif : (la) Argentina L’Argentine, (el) Brazil Le Brésil, (la) China La Chine, (el) Japón Le Japon …

El Salvador est toujours précédé de l’article, qui doit s’écrire avec une majuscule car il fait partie du nom du pays.

Devant les noms de pays au pluriel, l’article est toujours utilisé :
Los  Paises Bajos   Les Pays-Bas
Los Estados Unidos   Les États-Unis

 

– Devant les noms de disciplines scolaires qui suivent les verbes : aprender (apprendre), cursar (étudier), estudiar (étudier), enseñar (enseigner)

Voy a aprender español antes de instalarme en Madrid.
Je vais apprendre l’espagnol avant de m’installer à Madrid.

 

– Devant les noms de services publics et de ministères : Correos (La Poste), Hacienda (le ministère des Finances)…

Tengo que pasar por Correos antes de ir a la oficina.
Je dois passer à La Poste avant d’aller au bureau.

Exception : el ministerio del Interior (Le ministère de l’Intérieur).

 

– Devant les mots : casa (maison), caza (chasse), pesca (pêche), misa (messe), palacio (palais), lorsqu’ils sont compléments de lieu :

María va a misa todos los domingos.
Marie va à la messe tous les dimanches.

Volveremos a casa a las 8.
Nous rentrerons à la maison à 8 heures.

 

– Devant le superlatif relatif placé après le nom.

Es el chico más simpático de la clase.
C’est le garçon le plus sympathique de la classe.

 

– Devant le pronom relatif cuyo (dont)

He hablado con el hombre cuyo hijo se fue a Nueva York.
J’ai parlé à l’homme dont le fils est parti à New-York.

 

 

LAS MÉDULAS, ANCIENNE MINE ROMAINE

 

 

 

Las Médulas – Foto David Pérez

Dans la région du Bierzo de la Communauté autonome de Castilla y León, à 25 kilomètres de la ville de Ponferrada, se dressent les silhouettes rougeâtres de Las Médulas, entourées d’une importante végétation composée de  genêts, de houx, de chênes et de châtaigniers.

Las Médulas

Ce site surprenant, situé près de la vallée de la rivière Sil, au nord-ouest des montagnes Aquilano s’est formé à partir des anciens monts du Medilianum.

Las Médulas – Panorámica – Foto Rafael Ibañez Fernández

Les formes abruptes et capricieuses du terrain et le contraste des couleurs donnent à ce paysage, inscrit au patrimoine mondial de l’Humanité de l’Unesco, une beauté impressionnante.

Las Médulas – Foto Karsten Wentink

Las Médulas furent une importante zone aurifère, exploitée par les Romains dès le 1er siècle av. J.-C., et la mine d’or à ciel ouvert la plus importante de l’empire romain.

Las Médulas – Foto mmmmngai

Pendant plus de trois siècles, ces montagnes furent creusées pour extraire près de 5 tonnes d’or de leurs entrailles. Entre 10 000 et 20 000 ouvriers  furent employés pour réaliser ce dur travail.

Las Médulas -1- Foto mmmmngai

La région offrait un ensemble de conditions favorables à l’extraction de l’or : de l’eau en abondance et une pente qui permettait l’utilisation de la force hydraulique.

Las Médulas – Foto Vicente Maza Gómez

Le système employé par les Romains est impressionnant en raison des énormes quantités d’eau utilisées, et de la longueur et du nombre de ramifications des canaux et des tunnels qui furent construits.

Las Médulas – Foto Karsten Wentik

L’eau  de la rivière Cabo les alimentait. À son passage, elle entraînait les terres aurifères et les déposait après un long trajet, autour de réservoirs construits sur le sol.

Las Médulas – Canal romano

Le musée archéologique du village de Las Médulas offre une information détaillée sur la conquête romaine et l’exploitation de la mine d’or.

Las Médulas – Foto lalperez

L’envergure de tous ces travaux détériora gravement  l’environnement, mais lorsque les mines furent abandonnées  au IIIe siècle, la végétation autochtone s’installa de nouveau, créant un paysage unique, façonné par l’homme, mais où la nature a repris sa place.

Las Médulas -1- Foto mmmmngai

Il y a plusieurs itinéraires à parcourir à pied pour découvrir Las Médulas.

Las Médulas -1 Mirador de Orellán

Le Belvédère de Orellán offre une vue panoramique sur l’ensemble du paysage.