LES VERBES PRONOMINAUX EN ESPAGNOL

 

 

En espagnol, comme en français, les verbes pronominaux se construisent avec un pronom personnel complément qui représente la même personne que le sujet.

En espagnol ces pronoms sont :
me, te, se, nos, os, se.

(Yo) me levanto.
Je me lève.

(Ella) se peina.
Elle se coiffe.

(Nosotros) nos vamos.
Nous partons.

Les pronoms se placent avant le verbe à tous les temps sauf à l’impératif, au gérondif et à l’infinitif où il y a enclise :

¡Es tarte, levántate !
Il est tard, lève-toi !

Quejándote, no vas a solucionar el problema.
En te plaignant, tu ne vas pas résoudre le problème.

Pablo ha venido a vernos.
Paul est venu nous voir.

Les constructions pronominales peuvent avoir :

Un sens réfléchi : le sujet et l’objet de l’action coïncident.
Todas las mañanas, Pablo se levanta temprano.
Tous les matins, Paul se lève tôt.

Un sens réciproque : deux ou plusieurs sujets agissent l’un sur l’autre ou les uns sur les autres.
Pablo y Pedro se saludan.
Paul et Pierre se saluent.

Un grand nombre de verbes n’existent qu’avec la construction pronominale comme, par exemple :
abstenerse      s’abstenir
arrepentirse    se repentir
atreverse         oser
obstinarse       s’obstiner
fugarse            s’enfuir
quejarse          se plaindre

D’autres existent sous les deux formes :
hallar et hallarse              (se) trouver
llamar et llamarse            (s’)appeler
levantar et levantarse     (se) lever

 

Attention !
Certains verbes qui sont pronominaux en espagnol ne le sont pas forcément en français et réciproquement :

atreverse       oser
acobardarse  avoir peur
despedirse     prendre congé 

recordar        se rappeler
desconfiar     se méfier
descansar     se reposer 

 

 

 

 

EXPRESSIONS AVEC “PARA” ET “POR”

 

 

Les prépositions para et por s’utilisent dans de nombreuses expressions. En voici quelques-unes qu’il faut connaître absolument.

EXPRESSIONS AVEC PARA

¡No es para tanto! Il ne faut pas exagérer !
Para que lo sepas. Pour que tu le saches.
Y para colmo. Et par-dessus le marché…
Para siempre. Pour toujours.
Para entonces. À l’époque.
No da para más. C’est trop juste.
No valer para. Ne pas être capable
Para variar. Pour changer.

 

EXPRESSIONS AVEC POR

Por lo tanto. Par conséquent.
Por ahora. Pour l’instant.
Por completo. Complètement.
Por de pronto. Pour le moment.
Por si acaso. Pour le cas où.
Por lo general. En général.
Por lo demás. Quant au reste.
Por lo visto. Apparemment.
Por casualidad. Par hasard.
Por otro lado. D’autre part.
Por lo menos. Au moins.
Por fin. Enfin.
Por todo lo alto. En grande pompe.
Por cierto. Au fait.
Por las buenas. De bon gré
Por las malas. Par obligation
Estar por (algo, alguién). Être en faveur de (Quelque chose, quelqu’un).

 

 

LES PRÉPOSITIONS PARA ET POR EN ESPAGNOL

 

 

 

 

Les prépositions para et por en espagnol, correspondent parfois à nos pour et par français, mais pas toujours…

 

LA PRÉPOSITION PARA

Elle exprime :

– le but
Pablo está trabajando para pagarse los estudios.
Paul travaille pour payer ses études.

– la direction
Salgo mañana para Madrid.
Je pars demain pour Madrid.

– un temps, un délai
Es un trabajo para el lunes que viene.
C’est un travail pour lundi prochain.

– une comparaison
Este niño es muy alto para su edad.
Cet enfant est très grand pour son âge.

– une opinion
Para mí, este restaurante es el mejor.
Pour moi, ce restaurant est le meilleur.

 

LA PRÉPOSITION POR

Elle indique :

– la cause
El niño está castigado por desobedecer a sus padres.
Le petit garçon est puni pour avoir désobéi à ses parents.

– le lieu approximatif, le passage à travers de…
María pasea por el parque.
Marie se promène dans le parc.
El gato ha salido por la ventana.
Le chat est sorti par la fenêtre.

– une date approximative, la périodicité
Luisa volverá por Semana Santa.
Louise reviendra vers la Semaine Sainte.
Pedro va al gimnasio dos veces por semana.
Pierre va au gymnase deux fois par semaine.

– le moyen
Voy a mandar este paquete por Correos.
Je vais envoyer ce paquet par La Poste.

– l’agent
Este poema fue escrito por Antonio Machado.
Ce poème a été écrit par Antonio Machado.

– un échange
Te cambio mis dos tebeos por tu libro.
Je t’échange mes deux bandes dessinées contre ton livre.

– à la place de, au nom de
Habla por tí, no por nosotros.
Parle pour toi, pas en notre nom.

 

 

COMMENT TRADUIRE “PEUT-ÊTRE” EN ESPAGNOL

 

 

 

 

Les adverbes quizá, quizás, acaso, tal vez et la locution a lo mejor ont tous le même sens et correspondent à peut-être en français.

En espagnol, le mode du verbe utilisé permet de nuancer le doute pour exprimer une possibilité ou une probabilité.

 

QUIZÁ, QUIZÁS, ACASO, TAL VEZ

Lorsqu’ils sont placés devant le verbe, ces adverbes peuvent être suivis :

  • De l’indicatif qui atténue le doute

Quizá lo que Pablo nos ha contado es verdad.
Peut-être que ce que nous a raconté Paul est vrai.

Le mandé una invitación, acaso no la ha recibido.
Je lui ai envoyé une invitation, il ne l’a peut-être pas reçue.

Tal vez tu amigo tiene razón.
Peut-être que ton ami a raison.

 Acaso est parfois utilisé dans une phrase interrogative. Dans ce cas, il a une valeur ironique ou de défi.
¿Acaso lo ignorabas?
Tu l’ignorais, peut-être ? (= tu le savais, lo sabías)
 

  • Du subjonctif qui renforce le doute

Quizá venga mañana si se encuentra mejor.
Peut-être qu’il viendra demain s’il se sent mieux.

Acaso tu amigo no esté enterado de lo que pasó.
Peut-être que ton ami n’est pas au courant de ce qui s’est passé.

Tal vez me apunte a ese curso de cocina.
Peut-être que je m’inscrirai à ce cours de cuisine.

 On n’utilise jamais le subjonctif si l’adverbe est placé après le verbe.
Nuestros amigos vendrán a vernos quizá.
Nos amis viendront nous voir peut-être.

 

  • Du conditionnel qui renforce le doute

Cuando deje de llover, quizá daría un paseo.
Quand il arrêtera de pleuvoir, peut-être que j’irai faire une promenade

 

A LO MEJOR

 Cette locution est toujours suivie de l’indicatif.
Tienes razón, a lo mejor va a llover.
Tu as raison, peut-être qu’il va pleuvoir.

 

 

 

EMPLOIS DU GÉRONDIF EN ESPAGNOL

 

 

 

Le gérondif est toujours invariable.

Il exprime une action en cours.

Il peut être employé seul ou précédé d’un auxiliaire.

 

LE GÉRONDIF EMPLOYÉ SEUL

Il se comporte comme un adverbe et peut exprimer :

La manière :
Llegó a casa cantando.
Il arriba chez lui en chantant.

La cause :
Siendo vegetariano, no come carne.
Comme il est végétarien, il ne mange pas de viande.

La concession (précédé de aun):
Aun insistiendo, no logramos convencerle.
Même en insistant, nous n’avons pas réussi à le convaincre.

La simultanéité :
María prepara la cena escuchando música.
Marie prépare le diner en écoutant de la musique.

La condition :
Saliendo temprano, llegaremos a tiempo.
Si nous partons de bonne heure, nous arriverons à temps.

 

LE GÉRONDIF EMPLOYÉ AVEC UN AUXILIAIRE

Estar + gérondif : correspond à être en train de…
El niño está durmiendo.
Le petit garçon est en train de dormir.

Ir + gérondif : l’action se déroule peu à peu.
Cuando llega el otoño, las hojas de los árboles se van cayendo.
Quand l’automne arrive, les feuilles des arbres tombent peu à peu

Seguir + gérondif : signifie continuer de…
Pablo sigue tocando el piano.
Pierre continue de jouer du piano.

Llevar + complément de temps + gérondif
María lleva más de tres horas estudiando.
Il y a plus de trois heures que Marie étudie

Andar + gérondif : exprime une grande activité de la part du sujet.
Pedro anda buscando sus llaves.
Pierre cherche ses clés partout.

 

 

FORMATION DU GÉRONDIF EN ESPAGNOL

 

 

 

En espagnol, le gérondif se forme à partir du radical du verbe.

 

Pour les verbes terminés en -ar :
On ajoute la terminaisonando au radical du verbe
cantar    →    cantando   (chantant)
andar     →    andando    (marchant)

 Pour les verbes terminés en -er et en -ir :
On ajoute la terminaison -iendo au radical
comer    →    comiendo   (mangeant)
tener      →    teniendo     (ayant)
partir      →   partiendo   (partant)
vivir       →    viviendo   (vivant)

 

 Certains verbes présentent quelques irrégularités au gérondif :

Les verbes terminés en -aer, -eer, -oir, -uir
on ajoute la terminaison -yendo au radical
leer            →    leyendo  (lisant)
traer           →    trayendo  (apportant)
creer          →    creyendo  (croyant)
ir                →    yendo  (allant)
caer           →    cayendo  (tombant)
huir           →     huyendo  (fuyant)
oír              →    oyendo   (entendant)
construir   →    construyendo   (construisant)

 

Les verbes à changement de voyelle
Le e du radical se transforme en i
decir      →     diciendo  (disant)
pedir      →     pidiendo   (demandant)
seguir    →     siguiendo   (suivant)
repetir    →     repitiendo   ( répétant)
preferir   →     prefiriendo  ( préférant)
sentir      →     sintiendo   (sentant)
servir      →     sirviendo   (servant)
venir       →     viniendo   (venant)
freír         →     friendo   (frisant)
reír          →     riendo   (riant)
mentir     →     mintiendo   (mentant)
vestir      →     vistiendo   (habillant)

 

Les verbes à diphtongue
Le o du radical se transforme en u
poder      →      pudiendo   (pouvant)
dormir    →      durmiendo  (dormant)
morir      →      muriendo    (mourant)

 

Les verbes terminés en -llir, -ñer et -ñir
Le i de la terminaison est supprimé
engullir      →    engullendo  (engloutissant)
tañer          →    tañendo   (sonnant)
gruñir        →     gruñendo   (grognant)

 

 

LA CONJONCTION “PERO” EN ESPAGNOL

 

 

 

La conjonction “pero” en espagnol (mais, en français) apporte une restriction, une précision ou une correction à ce qui a été dit précédemment.

María es joven, pero es muy responsable.
Marie est jeune, mais elle est très responsable.

Pedro ha estudiado muy poco, pero ha aprobado todos los exámenes.
Pierre a très peu étudié, mais il a réussi à tous les examens.

Hacía mucho frío, pero el día estaba soleado.
Il faisait très froid, mais la journée était ensoleillée.

 

Pero est parfois remplacé par mas (sans accent) mais surtout dans la langue littéraire.

Deseaba ayudar a su amigo, mas no sabía cómo.
Il voulait aider son ami, mais il se savait pas comment.

 

Pero que

Pero suivi de que et devant un adjectif ou un adverbe n’a pas de valeur restrictive. Au contraire il met en relief, le mot qui le suit. Il s’emploie surtout dans la langue parlée.

Este niño es muy inteligente. ¡Pero que muy inteligente !
Ce petit garçon est très intelligent. Mais vraiment très intelligent !

Esta paella está rica. ¡Pero que muy rica!
Cette paella est délicieuse. Mais vraiment délicieuse !

 

Pero sí

Pero suivi de (accentué) augmente l’opposition et peut même exprimer une récrimination.

No recuerdo el título del libro, pero sí el nombre de su autor.
Je ne me souviens pas du titre du livre, mais seulement du nom de son auteur.

¡Dices que ya no comes azúcar, pero sí chocolate!
Tu dis que tu ne manges plus de sucre, mais tu manges du chocolat !

 

Pero si

Pero suivi de si (sans accent) exprime une protestation ou une justification.

Podías haberme avisado. – ¡Pero si no sabía nada!
Tu aurais pu me prévenir. – Mais je n’en savais rien !

¡Niños, a la cama! – ¡Pero si sólo son las nueve!
Les enfants, au lit ! – Mais il n’est que neuf heures !

 

 

 

LA CONJONCTION “Y” EN ESPAGNOL

 

 

image Freepik

 

La conjonction espagnole y correspond à la conjonction et française.

La conjonction y sert à réunir deux ou plusieurs éléments d’une phrase.

La primavera y el verano son las estaciones más bonitas del año.
Le printemps et l’été sont les plus belles saisons de l’année.

María y Sara fueron a la biblioteca.
Marie et Sara sont allées à la bibliothèque.

 

Quand il y a plus de deux éléments, la conjonction y n’apparait qu’entre les deux derniers.

He comprado peras, manzanas y plátanos.
J’ai acheté des poires, des pommes et des bananes.

Cependant, si l’on veut insister ou mettre en valeur l’énumération, la conjonction y peut être intercalée entre chaque éléments.

Fue una fiesta muy bonita; la gente se divertía y reía, y cantaba, y bailaba.
Ce fût une très belle fête : les gens s’amusaient et riaient, et chantaient et dansaient.

On peut aussi trouver en fin de phrase la locution y todo qui renforce l’intensité.

Pedro ha traído ya los libros y los cuadernos y los bolígrafos y todo.
Pierre a déjà apporté les livres et les cahiers et les stylos et tout ce qu’il faut.

 

La conjonction y se transforme en e si le mot qui la suit commence par i ou par hi

Lola estudia francés e inglés en el colegio.
Lola apprend le français et l’anglais au collège.

Los Dumas, padre e hijo, fueron grandes escritores franceses.
Les Dumas, père et fils, furent de grands écrivains français.

 

Mais y se maintient si le mot qui le suit commence par une diphtongue ou s’il est placé au début d’une phrase interrogative.

María ha traído bebidas y hielo.
Marie a apporté des boissons et des glaçons.

¿Y Irene no vendrá ?
Et Irène ne viendra pas ?

 

LES PAYS HISPANOPHONES

 

 

 

 

L’Espagnol est une langue romane qui, à l’origine, était parlée en Castille (le castillan) et qui s’est étendue après la Reconquête sur l’ensemble du territoire espagnol.

Après la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb et la conquête de nouveaux territoires, elle s’est entendue sur une grande partie du Nouveau Monde. L’empire espagnol a poursuivi son expansion au XVIe siècle, en Afrique et aux Philippines.

La grande richesse de la culture espagnole et sa présence dans le monde grâce à la littérature, a la musique, a la peinture, au cinéma ou au sport a aussi grandement favorisé l’expansion de la langue espagnole

Avec 580 millions d’hispanophones, l’espagnol est la troisième langue la plus parlée au monde, mais elle est la deuxième langue maternelle la plus parlée au monde avec 483 millions de locuteurs natifs.

Les pays hispanophones – La langue espagnole dans le monde -photo Alvarodpas – Wikipedia

Les pays où l’espagnol est la langue officielle sont presque tous situés en Amérique, sauf l’Espagne et la Guinée Équatoriale. Ce sont  les 21 pays suivants :
Espagne, Argentine, Bolivie, Chili, Colombie, Costa Rica, Cuba, Equateur, Guatemala, Guinée Équatoriale, Hondura, Mexique, Nicaragua, Panama, Paraguay, Pérou, Porto Rico, République Dominicaine, Salvador, Uruguay, Venezuela.

Les pays hispanophones – Hispanophones par pays -photo Fobos92 – Wikipedia

D’autres  pays où l’espagnol n’est pas la langue officielle, ont cependant  plus de 100 millions d’hispanophones, comme par exemple l’ Allemagne, la France, le Canada, le Brésil ou l’Australie…

Les pays hispanophones - Les États-Unis - Photo Vrysxy- Wikipedia
Les pays hispanophones – Les États-Unis – Photo Vrysxy- Wikipedia

Les États-Unis, avec environ 50 millions de locuteurs (13% de la population américaine), sont le deuxième pays hispanophone au monde derrière le Mexique. D’ici 2050, ils pourraient se trouver à la première place…

Les pays hispanophonos- Europe -Photo Angelus- Wikipedia

En Europe, il y a environ 70 millions de personnes qui parlent espagnol.

L’espagnol est aussi l’une des langues officielles de l’Union Européenne.

Aujourd’hui, la langue espagnole est en pleine expansion et le nombre d’apprenants ne cesse d’augmenter.

 

LES AUGMENTATIFS EN ESPAGNOL

 

 

 

 

Très utilisés en espagnol, les suffixes augmentatifs peuvent s’appliquer aux noms et aux adjectifs. Certains ont parfois une valeur péjorative.

LES AUGMENTATIFS EN –ÓN, -ONA

Ce sont les plus fréquents.
un hombre          →          un hombrón   (un homme grand et fort)
una casa             →           una casona     (une grande maison)
un borracho        →          un borrachón   (un poivrot)

Dans certains cas, les augmentatifs  en –ón se transforment en :     -arrón, -erón, -etón
una nube      →    un nubarrón *   (un gros nuage)
una gota       →    un goterón *     (une grosse goutte)
un mozo       →     un mocetón    (un grand gaillard)

*attention au changement de genre

Ils peuvent avoir un sens péjoratif :
una mujer     →     una mujerona  (une matrone)
un soltero     →      un solterón     (un vieux garçon)

Ils peuvent désigner un objet différent :
una silla (une chaise)     →     un sillón (un fauteuil)
una caja  (une boîte)      →     un cajón (un tiroir)

Ajoutés au radical de certains verbes en –ar, ils forment d’autres mots :
juguetear   (s’amuser)      →      juguetón  (qui aime jouer)
empujar  (pousser)           →      empujón (bousculade)

 

LES AUGMENTATIFS EN –AZO, AZA

Le suffixe –azo, -aza s’emploie avec des noms :
el calor         →   el calorazo  (la grosse chaleur)
un gato        →    un gatazo  (un gros chat)
el sol            →     el solazo    (le soleil brûlant)
el gusto       →     el gustazo  (le grand plaisir)

Il a dans certains cas une valeur péjorative :
una mano      →   una manaza  (une grosse main)
una boca       →    una bocaza  (une grande bouche ; un bocazas = une grande gueule)

 

LES AUGMENTATIFS EN –OTE, -OTA

Les suffixes –ote, -ota ont très souvent une valeur péjorative :
un libro           →      un librote  (un gros libre, difficile)
una cabeza    →     una cabezota  (une grosse tête, un(a) cabezota = une tête de mule)
una palabra   →      una palabrota (un gros mot)

 

LES AUGMENTATIFS EN –UDO, UDA

Les suffixes en –udo, uda s’emploient avec des noms et forment des adjectifs :
el diente             →  dientudo  (qui a de grosses dents)
la conciencia    →   concienzudo  (consciencieux)