UBEDA, JOYAU DE LA RENAISSANCE ESPAGNOLE

 

 

Úbeda – Plaza Vázquez de Molina – Foto Begavil84

La magnifique ville d’Ubeda se trouve en Andalousie dans la province de Jaén. Installée sur une colline, elle domine la vallée du Guadalquivir.
Son centre historique se distingue par la splendeur de ses monuments.

La ville existait déjà au temps des Ibères. Elle fut conquise par les Romains qui lui donnèrent le nom de Bétula, puis par les arabes, et reprise par Ferdinand III de Castille en 1233.

Úbeda – Palacio de los Marqueses de Bussiano – Foto Enfo

Après la conquête de Grenade en 1492, Ubeda connait une croissance économique importante grâce au développement de l’agriculture et de l’élevage de chevaux, et aussi à sa situation privilegiée au centre des grandes voies de communication.

Úbeda – Fachada plateresca – Calle Gradas – Foto Enfo

De puissantes familles s’y installèrent et construisirent de somptueux palais, des demeures seigneuriales, des églises, des couvents…

C’est sur la place Vasquez de Molina, située au centre de la vieille ville, que se concentrent les monuments les plus remarquables.

Úbeda – Sacra Capilla del Salvador – Foto JCasado

La Sacra capilla del Salvador, construite sous la direction de Diego de Siloe est sans doute l’édifice le plus important de la ville. Cette chapelle est considérée comme l’une des œuvres les plus notables de la Renaissance espagnole.

Úbeda – Altar Mayor de la Capilla del Salvador – Foto José Luis Filpo Cabana

Le chœur possède un impressionnant retable baroque d’Alonso Berruguete, qui représente la Transfiguration.

Úbeda – Iglesia de Santa Marie – Foto JCasado

La Basilique de Santa María est gothique, mais comporte de nombreux éléments de style renaissance et baroque.

Úbeda – Palacio de las Cadenas – Foto Paco Consuegra

Le Palais de las Cadenas, édifié entre 1546 et 1565, est occupé aujourd’hui par l’Hôtel de Ville d’Ubeda.

Úbeda – Palacio del Dean Ortega – Foto JCasado

Le Palais du Doyen Ortega du XVIe siècle, est un Parador de tourisme depuis 1929.

Úbeda – Palacio del Dean Ortega – Patio interior – Foto Daniel Villafruela

À l’intérieur, un élégant patio carré possède de belles colonnes où s’unissent l’art nasride et le style Renaissance.

Úbeda – Palacio de Mancera –

Construit à la fin de XVIe siècle, le Palais de Mancera possède une tour. Il fut la résidence de Pedro de Toledo, vice-roi du Pérou.

Úbeda – Cárcel del Obispo – Foto Daniel Villafruela

La Prison de l’Évêque est actuellement un tribunal de justice. Au cours d’une rénovation, on trouva sous l’édifice, des vestiges d’un cimetière ibère datant de 1200 à 1400 av. J.-C.

Úbeda – Monumento a San Juan de la Cruz – Foto Begavil84

La Place du 1er mai était la place du marché autrefois et elle est restée de nos jours, le lieu de rencontre des habitants. Au centre se dresse la statue de Saint Jean-de-la-Croix.

Úbeda – Iglesia San Pablo – Foto JCasado

L’Église San Pablo est une des constructions les plus anciennes d’Ubeda et c’est aussi une des plus belles.

Úbeda-Antiguas-Casas-Consistoriales-Foto-PMRMaeyaert.jpg

Les Antiguas Casas Consistoriales sont les anciennes mairies. Elles abritent actuellement le Conservatoire de Musique.

Úbeda – Bodega de la Sinagoga del Agua – Foto Bobo Boom

Tout près, se trouve la Synagogue de l’eau, découverte récemment au cours de fouilles archéologiques.

Úbeda – Convento de Santa Clara – Foto Lldyn

Le Couvent de Santa Clara, avec ses deux cloîtres, l’un de style Renaissance et l’autre de style Mudéjar,  et son église gothique, est le premier monastère construit à Úbeda après la Reconquête. Il est toujours occupé par des religieuses

Úbeda – Casa de las Torres – Foto Paco Consuegra

La Casa de las Torres est un palais médiéval qui possède deux tours comme de nombreuses demeures seigneuriales du XVIe siècle.

Úbeda – Torre y muralla del Portillo del Santo Cristo – Foto Enfo

L’ancienne ville est entourée d’une impressionnante muraille bien conservée et dont le début de la construction remonte à l’année 852.

Úbeda – Vista desde la muralla – Foto JCasado

Une promenade sur ces remparts permet d’admirer le beau paysage de la vallée du Guadalquivir.

Hors de l’enceinte de la ville, il y a d’autres monuments qui méritent une visite et deux en particuliers qui sont à voir absolument.

Úbeda – Hospital de Santiago – Foto Paco Consuegra

L’Hôpital de Santiago, construit entre 1562 et 1575 pour soigner les malades de la ville, est aujourd’hui le Centre culturel de la ville.

En raison de son aspect imposant et austère et de la disposition de ses bâtiments, il est parfois appelé «  l’Escorial de l’Andalousie ».

Úbeda – Iglesia San Nicolas de Bari – Foto Solbaken

L’Eglise Saint Nicolas est une belle construction gothique. L’un de ses portails est de style Renaissance.

Ubeda est inscrite au Patrimoine de l’UNESCO depuis 2003.

L’ALHAMBRA DE GRENADE

 

 

La Alhambra – Jardines – Foto Yair Haklai

L’Alhambra est une cité fortifiée, située sur le plateau de la Sabika qui domine la ville de Grenade. Son nom vient de l’arabe, « al-Hamra », « la rouge ». Construite entre le IXe siècle et le XIVe siècle, elle fut la résidence des souverains nasrides du royaume de Grenade.

La Alhambra au soleil couchant – Foto Alejandro Mantecón-Guillén

L’Alhambra est un magnifique ensemble architectural de forteresses, somptueux palais, jardins et fontaines où l’eau et la lumières jouent un rôle prépondérant. Les palais sont richement décorés.

La Alhambra – El árbol de la vida – Foto le dieu

Les éléments décoratifs sont variés et les plus utilisés sont les motifs de végétaux, les entrelacs, les réseaux de losanges et les calligraphies, qui reproduisent des poèmes des oraisons ou des textes du Coran.

Lorsqu’en 1492, les Rois Catholiques conquirent l’Ahlambra, ils furent émerveillés de la beauté des palais et décidèrent de les conserver sans les modifier.

La Alhambra – La barbacana y la muralla de la Alcazaba, la torre de armas y la torre de la Vela – Foto Michal Osmenda

 Édifiée sur la zone la plus élevée de la colline, l’Alcazaba, qui date du IXe siècle, est la partie la plus ancienne de l’Alhambra.

La Alhambra – Las torres de la Alcazaba – Foto Jebulon

C’était une zone militaire et ses tours permettaient d’observer, entre autres, les mouvements des troupes de la Reconquête. La plus haute, la tour de la Vela, offre une magnifique vue panoramique sur la plaine et la ville de Grenade.

La Alhambra – La Medina – Foto AdriPozuelo

La Médina, aujourd’hui en ruines était une zone habitée, une ville pensée pour subvenir aux besoins de la Cour et des souverains. Elle possédait plusieurs commerces, une mosquée et des bains publics.

Les Palais Nasrides est formé par un groupe de bâtiments qui comportent trois zones: le Mexuar, le Palais de Comares et le palais des Lions. Tous sont constitués de plusieurs salles rectangulaires reliées entre elles par des vestibules.

La Alhambra – Mexuar – Foto José Luiz Bernardes Ribeiro

La salle du Mexuar était le siège du tribunal royal.

La Alhambra – Mexuar – Foto michael clarke stuff

Au centre, quatre colonnes de marbre soutiennent un plafond lambrissé du XVIe siècle ; après la Reconquête, la salle a subi de nombreuses modifications.

La Alhambra -Patio de los Arrayanes – Foto Greenshed

Le palais de Comares est composé de plusieurs salles disposées autour de la cour des Myrtes (el patio de los Arrayanes). Cette cour doit son nom aux buissons de myrtes qui entourent un grand bassin central de 34 mètres de long et 7,10 mètres de large.

La Alhambra – Mexuar – Sala de Ambajadores -Foto José Luiz Bernardes Ribeiro

À l’intérieur de la tour de Comares, se trouvent la salle de la Barque et la salle des Ambassadeurs. Il semble que c’est là que Boabdil prit la décision d’abandonner Grenade et que plus tard Christophe Colomb arriva à convaincre les Rois Catholiques d’organiser l’expédition qui lui fit découvrir l’Amérique.

La Alhambra – Patio de los leones – Ftot Tuxyso

Le palais des lions était la résidence du souverain et de sa famille. Les différentes pièces, la salle des Muqarnas, la salle des rois, la salle, la salle des deux Sœurs, la salle des Abencerages et le harem, se distribuent autour d’un patio central, la cour des Lions.

La Alhambra – Arcos en patio de los leones – foto Javier Carro

La cour des Lions, de 35 mètres de long et 24 mètres de large, est rectangulaire. Elle est entourée d’une galerie couverte supportée par 124 colonnes formant des arcs richement décorés de filigrane.

Au Centre, se trouve la fontaine des Lions où douze statues de lions symbolisant la force et le courage, soutiennent un bassin d’albâtre.

La Alhambra – El pardal y jardines – Foto AdriPozuelo

Le Partal est un ensemble de jardins en terrasse. C’est dans cette zone qu’habitait la noblesse nasride, mais  les palais qu’elle occupait n’existent plus aujourd’hui ou sont en ruines.

La Alhambra – Partal, torre de las Damas – Foto Michael Clarke Stuff

La tour des Dames est la partie antérieure de l’un d’entre eux que l’on peut encore admirer aujourd’hui.

La Alhambra -El Generalife – Foto Bobbylamouche

Le Généralife qui est situé hors des murs d’enceinte de l’Alhambra, était la résidence d’été des souverains nasrides. Il est composé de deux bâtiments qui, contrairement à l’Alhambra, sont très simples et peu décorés.

La Alhambra -Generalife – El patio de la Acequia – Foto Michal Osmenda

Le Généralife possède de superbes jardins où l’eau est l’élément le plus important. Le patio de la Acequia se trouve au centre des bâtiments.

La Alhambra – Patio del ciprès de la Sultana – Foto gema de la fuente

Le patio du Cyprès de la sultane avec son bassin central entouré de haies de myrtes et un autre petit bassin au milieu, possède aussi un cyprès qui selon la légende fut le témoin des infidélités de l’épouse de Boabdil.

La Alhambra – Generalife – La escalera del agua – Foto gema de la fuente

Dans Hauts Jardins du Palais, le murmure de l’eau qui circule dans les deux canaux à trois niveaux de l’Escalier des Eaux (la Escalera del Agua)  apporte une agréable sensation de relaxation.

La Alhambra -Fachada sur del palacio- Foto Ingo Mehling

Le palais de Charles Quint fut ajouté après la Reconquête. C’est un bâtiment carré, de style Renaissance, construit par l’architecte Pedro Manchuca .

La Alhambra – El Palacio de Carlos I – el patio interior. Foto Ra-smit

Son patio rond, à double colonnade est une des plus belles créations de l’époque. Il abrite actuellement le Musée des Beaux-arts de Grenade et le Musée de l’Alhambra.

La Alhambra – Palacio de los Leones – Mirador de Lin-dar-Aixa – Foto Leronich

L’Alhambra a inspiré de nombreux artistes, musiciens, écrivains et poètes comme Manuel de Falla, Francisco Tárrega, Washington Irving, Chateaubriand, Victor Hugo…

L’Alhambra est inscrite au Patrimoine de l’Humanité de l’Unesco.

CACERES, VILLE HISTORIQUE

 

 

 

Cáceres – Foto Javier Losa

Caceres est la plus grande ville de la communauté autonome d’Estrémadure.

Cáceres – La ciudad antigua – Foto Adbar

Bien que la zone semble avoir été habitée depuis la préhistoire, l’origine de la ville connue sous le nom de Norbe Caesarine, remonte à l’époque romaine. Détruite par les Wisigoths au Ve siècle, les Maures la reconstruisirent au XIIe siècle et la fortifièrent par une muraille d’adobe qui existe toujours. La ville fut l’objet de nombreuses luttes entre musulmans et chrétiens. Le 23 août 1229, elle fut reconquise  par Alfonso IX, roi de Léon.

En peu de temps, grâce à la venue de nombreux commerçants, puis de l’aristocratie, Caceres devint  très prospère.

Cáceres – Foto José Luis Filpo Cabana

Les nobles construisirent des demeures fortifiées et rivalisèrent pour obtenir le pouvoir sur la ville. En 1477, les Rois Catholiques interdirent la construction de tours de défense et ordonnèrent la démolition des éléments de protection des palais de la ville.

La vieille ville, déclarée troisième ensemble monumental d’Europe, est inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1986. Ses nombreux monuments et palais, presque tous construits entre le XIVe siècle et le XVIIIe siècle sont magnifiquement bien conservés.

Caceres – Plaza Mayor – foto Tomas Fano

La vieille ville est entourée de remparts.

Cáceres – El Arco de la Estrella – Foto Juanje 2712

Son entrée principale, par l’arc de la Estrella, se trouve sur l’imposante Plaza Mayor , entre la tour de Bujaco du XIIe siècle, d’origine maure, et la tour de los Púlpitos qui date de la Reconquête.

Cáceres – Iglesia Santa Marie – Foto Jörn Wendland

Sur la place Santa María, se dresse l’église concathédrale de Santa María construite entre le XVe siècle et le XVIe siècle.

Cáceres – Palacio Episcopal – Foto JoseCasado L’Espagne Incontournable

Le palais épiscopal dont la façade principale date de la Renaissance se situe juste en face.

Caceres – Casa y Torre de Carvajal – Foto Zarateman

Le palais de Carvajal du XVe siècle se distingue par sa tour ronde, d’origine almohade, et son magnifique jardin.

Cáceres – La Torre de las Cigüenas – Foto Jose Casado – L’Espagne Incontournable

Sur la place de San Mateo, le palais de Ovando est aussi appelé le palais des Cigognes en raison du grand nombre de ces oiseaux qui viennent tous les ans faire leurs nids sur sa grande tour, la plus haute de la ville. Pour son édification, la reine Isabelle la Catholique avait octroyé une permission spéciale à Diego de Ovande , en 1477.

Cáceres – Palacio de los Golfines de Abajo – Foto Jose Casado – L’espagne incontournable

Construit vers 1511, le palais des Golfines de Abajo, un des plus beaux édifices de la ville appartenait à une famille importante, la seule qui fut autorisée à placer son blason sur la façade.

Cáceres – Casa de los Golfines – Foto Zarateman

De style à la fois gothique et Renaissance, il possède de nombreux éléments décoratifs de style plateresque.

Cáceres – Ermita de San Antonio – Foto JesusCastillo

Au XVe siècle, l’ermitage de San Antonio était une synagogue.

Cáceres – Barrio de San Antonio – Foto Jose Casado

Il a donné son nom à l’ancien quartier juif dont les ruelles étroites qui ont conservé leur ambiance d’autrefois, invitent à une agréable promenade.

Cáceres – Convento de San Pablo – Foto Jose Casado

Il ne faut pas manquer de s’arrêter devant le couvent de san Pablo, pour admirer son architecture bien sûr, mais aussi pour y  acheter les délicieuses pâtisseries préparées par les religieuses franciscaines cloîtrées.

Cáceres – Dulces del convento de San Pablo

EL BURGO DE OSMA

 

El Burgo de Osma – Vista desde el castillo de Osma foto Daniel Muñoz

El Burgo de Osma est une petite ville d’environ 5 000 habitants, de la province de Soria.

El Burgo de Osma- Atalaya de Uxama – Foto Pigmentoazul

C’était à l’origine une enclave celtibère importante, située à peu de distance de son emplacement actuel et connue sous le nom de Uxama-Argaela. Elle fut occupée successivement par les romains, puis par les wisigoths qui la convertirent en siège épiscopal, et par les arabes qui y installèrent une tour de vigie.

El Burgo de Osma-Foto Jsanchezes

En 1101, l’évêque Pedro de Bourges (San Pedro de Osma) fit construire un monastère au bord de la rivière Ucero, autour duquel  les populations s’installèrent. Une bourgade d’artisans et de commerçants se développa et prit le nom de Burgo de Osma.

El Burgo de Osma – Catedral de Santa Marçia de la Asunción – Foto Willtron

La cathédrale, autour de laquelle s’était constituée la cité médiévale,  était l’édifice le plus important de la ville. De style gothique, elle fut construite sur l’ancienne église romane en partie détruite et  dont elle conserve la salle capitulaire et quelques peintures.

El Burgo de Osma – Techo de la Sacristía de la catedral – Foto Jose Luis Filpo Cabana

Elle possède aussi de nombreux éléments de l’époque de la Renaissance et une tour baroque de 1739. À l’intérieur, elle conserve une importante collection de codex parmi lesquels se trouve celui du Beatus de Liebana.

 

El Burgo de Osma-Palacio-Episcopal

Le Palais Épiscopal, construit au XVIe siècle est toujours le siège de l’évêché. Il se caractérise par son magnifique portail de style gothique tardif.

El Burgo de Osma – Ayuntamiento – foto Lourdes Cardenal

Sur la Plaza Mayor, entourée d’arcades, se trouvent deux édifices du XVIIIe siècle : la Mairie et l’Hôpital de San Agustín.

El Burgo de Osma- Ciudad medieval – Foto M.Peinado

Toutes les rues de l’ancienne ville qui entourent la Plaza Mayor ont des arcades, et la rue Obispo Rubio en a de chaque côté.

La rue Ruiz Zorilla conduit à la place de Santo Domingo où se trouve la fontaine del Mono qui est un symbole de la ville.

El Burgo de Osma – La muralla – Foto MARIA ROSA FERRE

Les murailles du Burgo de Osma, dont certaines parties sont encore bien conservées furent édifiée en 1458 par l’évêque Pedro de Montoyo. C’est par l’une de ses entrées, la porte del Angel, que l’on accède à la ville.

El Burgo de Osma – Castillo de Osma – Foto M.Peinado

Sur une colline proche, le château d’Osma domine la ville et ses alentours. Il conserve encore des traces de fortifications du VIIIe siècle, bien que l’enceinte extérieure et la tour del Agua datent du XVe siècle.

El-Burgo de Osma- Perdices en escabeche – Foto Tamorlan

La gastronomie de région est magnifiquement représentée au Burgo de Osma avec sa grande variété de charcuterie et ses délicieuses préparations de gibiers et d’agneau grillé et le fameux « cocido castellano » (sorte de pot-au-feu), sans oublier la grande diversité de champignons en automne

CUENCA, VILLE HISTORIQUE

 

 

 

Cuenca – Casas Colgadas – Foto Oscar Barovero

Cuenca est une ville médiévale de la région de Castille-La Manche, située à 1000 mètres d’altidude dans une zone montagneuse entre les gorges de deux fleuves : le Jucar et son affluent le Huécar.

Cuenca – Les gorges du Huécar – Foto Zarateman

Elle est entourée d’un magnifique paysage rocheux couvert de forêts de pins et de peupliers, dans lequel elle s’intègre parfaitement.

Cuenca – Casco antiguo – Foto Tamorlan

La vielle ville, séparée de la ville nouvelle par le Huécar et construite par les Maures durant le califat de Cordoue, est remarquablement bien conservée. En 1177, elle fut conquise par le roi de Castille Alfonse VIII.

Cuenca fut une ville importante et très prospère dès le XIVe siècle, grâce au commerce de la laine et à une industrie textile florissante. Les nombreux édifices de style gothique et renaissance en sont les témoins.

Cuenca – Puente San Pablo – Foto DavidDaguerro

On accède à la ville par le pont Saint-Paul de 100 mètres de long au dessus du fleuve Huécar,  construit en 1902 pour remplacer l’ancien pont de pierre de 1533 qui s’était effondré.

Cuenca – Casas Colgadas – Foto Xauxa Hakan Svensson

Les maisons suspendues, « las casas colgantes »  sont les édifices les plus emblématiques et les plus originaux de la ville. Construites au XIVe siècle et restaurées au XXe siècle, ces trois maisons surplombent les gorges du fleuve Huécar. Deux d’entre elles, « las casas del Rey », abritent le Musée d’Art Abstrait Espagnol. Dans l’autre se trouve une auberge « La Casa de la Sirena ».

Cuenca – Plaza Mayor – Foto DavidDaguerro

La Plaza Mayor, de forme triangulaire, est entourée de maisons aux façades peintes de différentes couleurs, et de trois monuments importants .

Cuenca – Catedral – Foto Der pepe

La cathédrale Santa María de Gracia fut le premier édifice construit après la conquête de la ville. Elle occupe l’emplacement d’une ancienne mosquée. De style gothique normand, elle possède aussi des éléments de l’époque romane. Sa façade et ses tours, remodelées au XVIIe sont de style baroque.

Cuenca-Convento-de-las-Petras.jpg

L’austère couvent de « Las Petras » est du XVIIIe siècle.

Cuenca – Ayuntamiento – Foto Enrique Íñiguez Rodriguez (Qoan)

L’Hôtel de Ville baroque est du XVIIIe siècle. Cet édifice de deux étages repose sur trois grands arcs afin d’éviter de fermer la place qui communique ainsi avec la rue Alfonso VIII.

Cuenca a aussi un important patrimoine religieux. Les nombreux sanctuaires, églises et couvents que l’on peut découvrir en parcourant ses rues pavées, sont pour la plupart dignes d’une visite

Cuenca – Iglesia San Pedro – Foto Instituto Cervantes

L’Église de Saint-Pierre, de forme octogonale, est peut-être la plus représentative. Elle fut construite au XVIIIe siècle à l’emplacement d’une ancienne mosquée.

Cuenca – Convento de San Pablo – Foto OsvaldoGago

Le couvent de Saint Paul, aujourd’hui converti en parador national, est une construction du XVIe siècle. Son église, de style gothique décadent dont la décoration est baroque, abrite l’espace Gustave Torner.

Cuenca-La-torre-Mangana-Foto-Antonio-Marín-Segovia

La Tour Mangana ou tour de l’Horloge domine la ville. Elle appartenait à une forteresse construite par les Maures. Au cours des siècles elle a dû être restaurée plusieurs fois. Elle offre une vue imprenable sur la ville et ses environs.

Cuenca – La ciudad encantada – Foto Xauxa Hakan Svensson

À 28 kilomètres de Cuenca, dans le parc naturel des montagnes de Cuenca, se trouve la Ville Enchantée où au cours d’une agréable promenade, on peut admirer les étranges formations rocheuses, sculptées par l’érosion, qui évoquent des formes humaines, d’animaux ou d’objets…

Cuenca a été déclarée patrimoine de l’Humanité par l’UNESCO en 1996.

ÁVILA, LA VILLE MÉDIÉVALE

 

 

Ávila – Les remparts – Photo Pelayo2

La ville d’Ávila se trouve dans la communauté de Castille et Léon, au centre de l’Espagne.

– Remparts – Photo Elena F D

Installée sur les plateaux de la Meseta, à 1131 mètres d’altitude, elle est la capitale de province la plus élevée d’Espagne.

Ávila

La vieille ville est entourée des remparts médiévaux les mieux conservés d’Europe.

Avila – Remparts – Photo Sherpa

Cette muraille de douze mètres de hauteur, trois mètres d’épaisseur et de deux kilomètres de long, construite au XIe siècle, est renforcée par quatre-vingt-huit  tours… où tous les printemps les cigognes viennent construire leurs nids.

Ávila – Porte de l’Alcazar – Photo Jorge González

Neuf portes donnent accès à la ville. Les plus impressionnantes sont celle de l’Alcazar et celle de San Vicente.

Avila – Catedral del Salvador- Foto PMRMaeyaert

Extérieurement, la cathédrale ressemble à une forteresse ; Elle fait d’ailleurs partie intégrante de la muraille.

Avila – Abside de la cathédrale – Photo Roberto Abizanda de Zaragoza

Construite entre les siècles XI et XV, elle est considérée comme la première cathédrale gothique d’Espagne. Elle abrite la sculpture d’albâtre du sépulcre de Tostado, évêque au XVe siècle, realisée par Vasco de la Zarza.

Mais la ville est aussi, et surtout, le lieu de naissance de sainte-Thérèse : un grand nombre d’édifices religieux sont associés à sa vie.

Avila – Convento de Sta Teresa – Foto Hakan Svensson

Le couvent de Sainte-Thérèse occupe l’emplacement de la maison natale de la Sainte. L’église de style baroque fut construite au XVIIe siècle . Le musée  de Sainte-Thérèse se trouve dans la crypte..

Ávila – Convento de la Encarnación – Foto Zarateman

Le couvent de l’Encarnación se trouve en dehors des murs. C’est là que la sainte passa plus de 20 ans de sa vie.

Avila -Basilica de San Vicente – Foto Zarateman

La basilique de San Vicente, également en dehors des murs, est l’église romane la plus importante de la ville. Les portes ouest et sud sont richement décorées.

Avila – Eglise de San Pedro – Photo Choniron

L’église de San Pedro, romane avec quelques traces de gothique se trouve sur la place Santa Teresa.

Ávila – Palacio de los Verdugos – Foto José Luis Filpo Cabana

À l’intérieur des murs dans la zone la plus élevée de la ville, de nombreux palais et riches demeures furent construits entre le XVe siècle  et le XVIIIe siècle, comme, par exemple, le palais épiscopal, le palais de Bracamonte ou le palais des Verdugos.

Judías de El barco de Ávila – Foto Xemenendura

Ávila est aussi réputée pour sa gastronomie. L’excellente qualité de ses légumes secs est connue et ses viandes qui ont une appellation contrôlée sont très appréciées.

Ávila – Patatas revolconas – Foto Tamorlan

Ses principaux plats traditionnels sont les haricots blancs, la côte de bœuf grillée, les pommes de terres « revolconas » et les viandes rôties.

Yemas de Santa Teresa – Foto Tamorlan

La pâtisserie aussi offre une grande variété de délicieuses préparations, souvent élaborées par les religieuses des couvents, et dont la plus connue est sans doute celle des « Yemas de Santa Teresa ».

Avila – Monumento a Santa Teresa – Foto Hakan Svensson