Défilé aérien 12 octobre - Photo Nils van der Burg

ALCALA DE HENARES, LA VILLE DE CERVANTES

 

 

 

Alcala de Henares – Plaza Cervantes – Photo santiagolopezpastor

La ville d’Alcala de Henares appartient à la communauté de Madrid et se trouve à 31 kilomètres de la capitale, dans la vallée de la rivière Henares, affluent du Tajo.
La vallée de la rivière Henares est habitée depuis l’époque néolithique. Les Romains y construisirent la ville de Complutum et les arabes la forteresse militaire d’Al-Qalat.
Reconquise en 118 par les chrétiens, Alcala de Henares devint le siège de l’Archidiocèse de Tolède, mais aussi un lieu où se mêlaient des cultures différentes. À la fin du Moyen Âge les communautés juive, musulmane et chrétienne, vivaient en paix.

Alcala de Henares – Universidad – Foto M.Peinado

En 1499, le cardinal Cisneros fit construire la prestigieuse Université Complutense, l’une des plus vieilles d’Europe, où se formèrent plusieurs écrivains importants. L’ensemble des monuments été déclaré patrimoine de l’Humanité par l’UNESCO. C’est à partir de cette date que la ville commença à se développer de façon importante, jusqu’au XVIIe siècle où elle se trouva à son apogée.

Alcala de Henares – Entrée maison natale de Cervantes- Photo M.Peinado

Alcala de Henares est aussi le lieu de naissance de Miguel de Cervantès, auteur de l’une des plus grandes œuvres de la littérature universelle. « Don Quichotte de la Manche ».

 

Alcala de Henares – Casa Cervantes – Foto M.Peinado

La visite de la maison natale de l’écrivain est très intéressante… et gratuite, et l’on peut admirer une magnifique collection de plusieurs éditions anciennes de « Don Quichotte ».

Alcala de Henares – Plaza Cervantes – Photo M.Peinado

La Place Cervantès est l’ancienne place du marché. C’est aujourd’hui un endroit emblématique de la ville et un point de rencontre social et culturel.

Alcala de Henares – Capilla del oidor – Foto Superchilum

Tout près, la Chapelle del Oidor, de style mudéjar, prés de l’ancienne église de Santa-María qui fut détruite pendant la guerre civil, conserve les fonts baptismaux de Miguel de Cervantès.

Alcala de Henares – Calle Mayor – Foto Emilio emijrp (CC-BY-SA)

La calle Mayor est une des rues principales de la ville. Elle fut construite au XIIe siècle et suit le tracé de l’ancienne voie romaine.

Alcala de Henares – Pórticos de la Calle Mayor – Foto Cruccone

Elle a toujours été très commerçante et c’est une des rues à arcades, les plus longues d’Europe. Au Moyen Âge les colonnes étaient en bois. Elles furent remplacées par des colonnes en pierres au XIVe siècle, puis par des piliers au XIXe siècle.

Alcala de Henares -Palais des archevêques – Photo Raimundo Pastor

Le Palais des Archevêques est un palais-forteresse construit en 1209 et restauré de nombreuses fois. C’est là que Christophe Colomb rencontra les Rois Catholiques avant de partir pour l’expédition qui lui fera découvrir l’Amérique.

Alcala de Henares – Catedral Magistral de Alcalá de Henares-

L’Église Magistral-Catedral de los Santos Niños Justo y Pastor, de style gothique, fut édifiée entre le XVe siècle et le XVIe siècle sur une ancienne chapelle dédiée à deux enfants martyrs, Justo et Pastor, qui sont les saints patrons de la ville. C’est la seule, avec l’église Saint-Pierre de Louvain en Belgique, qui détient le titre de magistral qui  implique que tous les chanoines doivent être docteurs en théologie.

Alcala de Henares – Corral de Comedias – Foto Raimundo Pastor

Alcala de Henares conserve l’un des plus anciens théâtres d’Europe, le Corral de Comedias construit en 1601 et qui continue à offrir des représentations théâtrales ou musicales.

Alcalá_de_Henares-museo_cisneriano-DavidDaguerro

Le Palais Laredo de style néo-mudéjar date du XIXe siècle. Il abrite le musée Cisneriano.

Alcala de Henares -Puerta de Madrid – Foto Pavlemadrid

La Porte de Madrid que l’on voit aujourd’hui est de 1788 et a remplacé la porte médiévale qui faisait partie des remparts de la ville. Elle s’ouvre sur l’ancienne route qui conduit à Madrid. À Madrid, la puerta de Alcala correspondait à l’autre extrémité de la même route.