CACERES, VILLE HISTORIQUE

Booking.com

 

 

 

Cáceres – Foto Javier Losa

Caceres est la plus grande ville de la communauté autonome d’Estrémadure.

Cáceres – La ciudad antigua – Foto Adbar

Bien que la zone semble avoir été habitée depuis la préhistoire, l’origine de la ville connue sous le nom de Norbe Caesarine, remonte à l’époque romaine. Détruite par les Wisigoths au Ve siècle, les Maures la reconstruisirent au XIIe siècle et la fortifièrent par une muraille d’adobe qui existe toujours. La ville fut l’objet de nombreuses luttes entre musulmans et chrétiens. Le 23 août 1229, elle fut reconquise  par Alfonso IX, roi de Léon.

En peu de temps, grâce à la venue de nombreux commerçants, puis de l’aristocratie, Caceres devint  très prospère.

Cáceres – Foto José Luis Filpo Cabana

Les nobles construisirent des demeures fortifiées et rivalisèrent pour obtenir le pouvoir sur la ville. En 1477, les Rois Catholiques interdirent la construction de tours de défense et ordonnèrent la démolition des éléments de protection des palais de la ville.

La vieille ville, déclarée troisième ensemble monumental d’Europe, est inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1986. Ses nombreux monuments et palais, presque tous construits entre le XIVe siècle et le XVIIIe siècle sont magnifiquement bien conservés.

Caceres – Plaza Mayor – foto Tomas Fano

La vieille ville est entourée de remparts.

Cáceres – El Arco de la Estrella – Foto Juanje 2712

Son entrée principale, par l’arc de la Estrella, se trouve sur l’imposante Plaza Mayor , entre la tour de Bujaco du XIIe siècle, d’origine maure, et la tour de los Púlpitos qui date de la Reconquête.

Cáceres – Iglesia Santa Marie – Foto Jörn Wendland

Sur la place Santa María, se dresse l’église concathédrale de Santa María construite entre le XVe siècle et le XVIe siècle.

Cáceres – Palacio Episcopal – Foto JoseCasado L’Espagne Incontournable

Le palais épiscopal dont la façade principale date de la Renaissance se situe juste en face.

Caceres – Casa y Torre de Carvajal – Foto Zarateman

Le palais de Carvajal du XVe siècle se distingue par sa tour ronde, d’origine almohade, et son magnifique jardin.

Cáceres – La Torre de las Cigüenas – Foto Jose Casado – L’Espagne Incontournable

Sur la place de San Mateo, le palais de Ovando est aussi appelé le palais des Cigognes en raison du grand nombre de ces oiseaux qui viennent tous les ans faire leurs nids sur sa grande tour, la plus haute de la ville. Pour son édification, la reine Isabelle la Catholique avait octroyé une permission spéciale à Diego de Ovande , en 1477.

Cáceres – Palacio de los Golfines de Abajo – Foto Jose Casado – L’espagne incontournable

Construit vers 1511, le palais des Golfines de Abajo, un des plus beaux édifices de la ville appartenait à une famille importante, la seule qui fut autorisée à placer son blason sur la façade.

Cáceres – Casa de los Golfines – Foto Zarateman

De style à la fois gothique et Renaissance, il possède de nombreux éléments décoratifs de style plateresque.

Cáceres – Ermita de San Antonio – Foto JesusCastillo

Au XVe siècle, l’ermitage de San Antonio était une synagogue.

Cáceres – Barrio de San Antonio – Foto Jose Casado

Il a donné son nom à l’ancien quartier juif dont les ruelles étroites qui ont conservé leur ambiance d’autrefois, invitent à une agréable promenade.

Cáceres – Convento de San Pablo – Foto Jose Casado

Il ne faut pas manquer de s’arrêter devant le couvent de san Pablo, pour admirer son architecture bien sûr, mais aussi pour y  acheter les délicieuses pâtisseries préparées par les religieuses franciscaines cloîtrées.

Cáceres – Dulces del convento de San Pablo

LE PONT D’ALCANTARA

Booking.com

 

 

 

El puente de Alcantara – Foto JoseCasado

Le pont d’Alcantara est situé dans la province de Cacéres en Estrémadure.

El puente de Alcantara – Foto Alonso de Mendoza

Impressionnant par sa taille et sa solidité, c’est un des ponts romains les mieux conservés au monde. Il fut construit en l’honneur de l’empereur Trajan, par l’architecte Cayo Julio Lacer, pour traverser le Taje et créer ainsi une voie de communication entre l’Espagne et le Portugal. Le nom qu’il a conservé aujourd’hui lui fut donné par les Maures au XIIe siècle : « Al-Quantarat » signifie « Le Pont » en arabe.

El puente de Alcantara – Foto JoseCasado

Sa construction fut réalisée en pierres de taille rectangulaires et ses mesures sont de 214 mètres de long et 8 mètres de large. Actuellement, on peut encore le traverser en voiture.

El puente de Alcantara – Foto CHIRIBEJE

Le pont repose sur cinq piliers dont les différentes hauteurs s’adaptent au terrain. Les deux arches centrales ont environ 30 mètres de large. Ces dimensions, qui peuvent sembler disproportionnées pour le débit normal du Taje, ont été conçues en prévision de ses grandes crues.

El puente de Alcantara – Arco de triunfo – Foto José Luis Filpo Cabana

Au centre du pont, sur le pilier central, s’élève un arc de triomphe de 13 mètres de hauteur qui conserve encore plusieurs inscriptions et une dédicace à l’empereur Trajan : « À l’empereur César, fils du divin Nerva, Trajan, Auguste, Germanius, Dacius, souverain pontife, sous le VIIIe puissance tribunitienne, empereur pour la Ve fois, Père de la patrie. »

El puente de Alcantara – Templo romano – Foto CHIRIBEJE

À une extrémité du pont, un petit temple romain rectangulaire porte une légende sur le linteau : « Ce pont qui restera à travers les siècles, c’est Lacer qui l’a fait, de tout son fameux art. »

El puente de Alcantara – Torre del Oro

De l’autre côté du pont se dresse la Torre del Oro, une tour construite au XVIIIe siècle qui appartenait aux murailles de fortification de la ville d’Alcantara.

 

LA VALLÉE DU JERTE

Booking.com

 

 

Valle del Jerte – Cerezos – Foto Wendigo

Au nord de la région d’Estrémadure, entre deux chaînes de montagnes du massif de Gredos, la vallée du Jerte se caractérise par la beauté de ses paysages.

Valle del Jerte en Otoño – Foto Angelvi

 Ses nombreuses cascades qui lui ont valu le surnom de « valle del agua » ( vallée de l’eau) et ses vastes zones de forêts de chênes et de châtaigniers font de cette zone un paradis pour les amoureux de la nature.

Valle del Jerte – Río Jerte – Foto Luis Fernández García

Le Jerte prend sa source près de Tornavaca dans la sierra de Bejar, à 1800 mètres d’altitude.

Valle del Jerte – Vista general – Garganta de La puris – Foto Frobles

Il s’alimente de plusieurs cours d’eau qui descendent des montagnes formant de nombreuses cascades : Saint-Martin, Becedas, los Infiernos, buitres, Bonal…

Valle del Jerte – Garganta de los Infiernos – Foto Neticola

La gorge de « Los Infiernos » est l’un des endroits les plus connus grâce à ses magnifiques piscines naturelles aux eaux cristallines, « los pilones ».

Valle-del-Jerte-Iglesia-de-Cabezuela-del-Valle-Foto-DavidDaguerro.jpg

Les onze villages pittoresques qui parsèment la vallée ont conservé leur aspect médiéval, leurs rues étroites et leurs maisons de pierre aux balcons fleuris.

Valle del Jerte – Camino bajo los cerezos – Foto victor estrada diaz

Grâce à l’orientation des montagnes, la vallée du Jerte bénéficie d’un climat plus doux que le reste de la zone, ce qui lui a permis de développer son agriculture, et en particulier la culture des cerisiers.

Valle del Jerte en flor – Foto Frobles

Au printemps, entre mars et avril, l’éclosion des fleurs de plus de millions de cerisiers couvre toute la vallée offrant un magnifique spectacle qui attire de nombreux visiteurs.

Valle del Jerte en flor – foto MACfoto1963

La floraison dure environ deux semaines, pendant lesquelles ont lieu de nombreuses activités ludiques, culturelles et sportives pour célébrer la « Fête du cerisier en fleurs »

Valle del Jerte – Migas

La gastronomie est aussi à l’honneur et offre une grande variété plats traditionnels à ne pas manquer : migas, calderetas, truite du Jerte… Les délicieuses pâtisseries et les confitures, préparées à base de cerises, sont également irrésistibles et les liqueurs de cerise sont élaborées de façon traditionnelle.

Valle del Jerte – -Cerezas – Foto Hispalois

La cerise du Jerte, appelée « picota », est une variété de la région protégée par une dénomination d’origine. C’est la seule qui se détache de l’arbre sans queue.

Valle del Jerte – Foto Jose Javier Martin Espartosa

La culture des cerisiers est l’activité la plus importante de la région. La qualité des fruits est excellente et la production qui est grande est distribuée en Espagne et dans de nombreux pays.