Madrid - Museo Sorolla - Foto - Pintando el baño del caballo

LE JOUR DES ROIS EN ESPAGNE

 

 

Los Reyes Magos

Le 6 janvier est férié en Espagne, car l’Épiphanie est un jour très important, particulièrement pour les enfants qui attendent avec impatience l’arrivée des Rois Mages. Selon la tradition, ce sont Melchior, Gaspard et Balthazar qui leur apportent leurs cadeaux de Noël dans la nuit de 5 au 6 janvier.

Día de Reyes en Madrid

Dans toutes les villes d’Espagne, les festivités commencent le 5 janvier en fin d’après-midi, avec les « cabalgatas de los Reyes Magos » qui sont des défilés de chars magnifiquement décorés.

Día de Reyes – cabalgata en Madrid

Chaque roi a son char et est entouré de ses pages qui lancent des petits cadeaux et des friandises aux enfants se trouvant sur le parcours.

Cabalgata de Reyes

Parfois, les rois arrivent à cheval ou en chameau. Le spectacle est accompagné de musique et de chants de Noël.

Carta a los Reyes Magos

S’ils ne l’ont pas encore envoyée, les enfants peuvent remettre aux Rois directement, la lettre dans laquelle ils expliquent qu’ils ont été sages et qu’ils méritent les cadeaux qu’ils aimeraient recevoir. Le soir, ils se coucheront tôt, après avoir placé leurs chaussures près d’une fenêtre et sans oublier de laisser quelque chose à boire ou a manger pour les Rois et de l’eau pour les chameaux…

La première « cabalgata » qui fut célébrée en Espagne, date de 1866. Elle eut lieu à Alcoy près d’Alicante.

Reyes Magos – Cabalgata de Alcoy

De nos jours, « la cabalgata » d’Alcoy, déclarée « fête d’intérêt touristique » est suivie par des milliers de personnes. Melchior, Gaspard et Balthazar, montés sur leurs chameaux, parcourent les rues de la ville.

Cabalgata de Alcoy

Des porteurs de torches éclairent le chemin tandis que les pages utilisent leurs longues échelles pour atteindre les fenêtres et les balcons afin de déposer les cadeaux dans les maisons.

Roscón de Reyes

La couronne des rois, « el roscón » qui se déguste pendant ces festivités, est une brioche parfumée à la fleur d’oranger et décorée d’amandes et de fruits confits qui représentent les joyaux d’une couronne royale. À l’intérieur, il y a un sujet en porcelaine et une fève, «las sorpresas ». Qui trouvera le sujet sera le roi ou la reine de la fête, mais qui aura la fève devra payer la prochaine couronne…

Día de Reyes en México

Plusieurs pays d’Amérique latine, comme le Mexique, l’Argentine, la République Dominicaine, Porto Rico, le Paraguay et l’Uruguay, ont adopté la tradition espagnole pour célébrer le jour des Rois Mages.

Madrid - Museo Sorolla - Foto - Pintando el baño del caballo

LA LOTERIE DE NOËL EN ESPAGNE

 

La loterie de Noël, lotería de Navidad ou sorteo extraordinario de Navidad, est, en Espagne, un évènement très important et une tradition où le rêve et l’espoir sont au rendez-vous.

Lotería de Navidad

Son prestige est dû à l’importance des sommes mises en jeu et au taux de chances pour remporter un prix, supérieur à celui des autres loteries.

Un billet correspond à un numéro de cinq chiffres et est émis en plusieurs séries d’une valeur de 200 euros. Chaque série est composée de 10 dixièmes d’une valeur de 20 euros. Le dixième est le format le plus acheté et le gain qui peut être obtenu sera le 10% de celui du billet entier. Le gros lot pour un billet entier est de 4 000 000 d’euros et donc de 400 000 euros pour un dixième.

Teatro Real

L’origine de la loterie de Navidad remonte à 1812 et le processus de son tirage qui a lieu le 22 décembre au Teatro Real, le théâtre de l’Opéra de Madrid, a très peu changé en plus de 300 ans.

Lotería de Navidad – Teatro Real

Dans deux machines appelées bombos, se trouvent les boules utilisées pour le tirage. L’un des bombos contient celles qui portent les numéros en jeu, et  l’autre celles qui indiquent la valeur des lots.

Lotería de Navidad – Niños de San Ildefonso

Depuis plus de trois siècles, les enfants du Collège de San Ildefonso, l’établissement scolaire le plus ancien de Madrid,  “chantent” les numéros, et les lots correspondants, au fur et à mesure qu’ils extraient les boules de chaque bombo, jusqu’à l’épuisement de celles qui indiquent les lots. Le tirage dure environ trois heures et demie et est retransmis en direct par radio et télévision.

Loteriade Navidad-Manolita

Environ 98% des Espagnols jouent à la loterie de Navidad et lorsque que la date du tirage approche, les files d’attente pour acheter un billet, deviennent plus longues. Certains points de vente, sont particulièrement recherchés, comme la Administración de Manolita dans le centre de Madrid, qui existe depuis plus de cent ans et a vendu 76 fois le gros lot…

Lotería de Navidad – Décimo

Les gens parient sur le même numéro avec leurs amis, leurs collègues de travail ou les groupes ou associations auxquels ils appartiennent.

Lotería Navidad

De nombreux touristes étrangers profitent de leur visite en Espagne pour acheter un billet… Si c’est votre cas, nous vous souhaitons bonne chance !

¡ Qué la suerte nos acompañe !

Lotería de Navidad – Annonce publicitaire de la Loterie de Noël en Espagne
Madrid - Museo Sorolla - Foto - Pintando el baño del caballo

LES VINS DE RIOJA

 

 

La rioja – Viñedos – Foto Shaury

Traversé par l’Ebre et la Oja, le vignoble de Rioja dépasse les limites de la communauté autonome de La Rioja et couvre aussi une partie de Navarre, du Pays-Basque et de Castille et Léon.

La rioja – Viñedo en Ventosa – Foto Jesús García

C’est la raison pour laquelle, on désigne les vins avec le seul nom de Rioja, sans article, alors que La Rioja est le nom de la communauté autonome.

Viñas en otoño, Rioja Alta, DOC Rioja,
Haro, la Rioja

La vigne fut introduite en Rioja par les Phéniciens et a toujours été cultivée au cours des siècles.
La zone réunit les meilleures conditions pour la plantation de vignobles : un climat privilégié, sec, mais tempéré, et un sol à dominance argilo-calcaire.

Vinos de Rioja

On distingue trois sous-régions : La Rioja Alta, La Rioja Baja et la Rioja Alavesa.

La Rioja – Bodega en Haro – Foto Luis Javier Modino Martinez

Les Rioja sont des vins d’excellente qualité, aromatiques et équilibrés et de renommée mondiale. En 1991, ils ont obtenu la D.O.Ca, Denominación de Orígen Calificada, qui implique des contrôles très stricts et l’obligation de la mise en bouteilles dans la région de production.

Rioja Alavesa – Bodega Izki

Ils sont élaborés et vieillis en fûts de chêne, dans les « bodegas » (les caves).

Vinos de Rioja – Viñedos y bodega

Certaines d’entre elles possèdent des vignes qu’elles exploitent, d’autres achètent les raisins à des viticulteurs.

Rioja alavesa – Tempranillo – Foto María Jesus Tomé

Les vins de Rioja sont surtout célèbres pour la qualité des rouges qui sont le résultat de l’assemblage de quatre cépages : Tempranillo, Grenache noir,  Mazuelo appelé aussi Carignan, et Graciano.

Vino de Rioja – Viura

Les cépages utilisés pour l’élaboration des vins blancs sont les suivant : Viura ou Macabeo, Grenache blanc et Malvisse.

Les vins sont classés en quatre catégories en fonction de leur temps de vieillissement en fût et en bouteille :
« Rioja » qui a passé quelques mois en barrique de chêne
« Rioja Crianza » vieilli au moins deux ans dont douze mois en barrique de chêne
« Rioja Reserva » vieilli au moins trois ans dont un en barrique de chêne
« Rioja Gran Reserva » vieilli au moins cinq ans dont deux en barrique de chêne.

Vino de Rioja Alta – Gran Reserva

Cependant, le temps passé en barrique n’est pas le seul facteur qui détermine la valeur du vin, chaque année les caractéristiques des récoltes et la maturité des raisins donnent lieu à des assemblages minutieux. Seuls les bons millésimes ont les catégories « Reserva » et « Gran Reserva ».

Vino de Rioja – Vendimia

En 2017, la récolte a été moins abondante en raison des problèmes de climat, mais selon les experts, la qualité des vins sera excellente.

Madrid - Museo Sorolla - Foto - Pintando el baño del caballo

LES VERBES “HABER” ET “TENER”

 

Les verbes  haber  et  tener  correspondent tous deux, en principe, au verbe avoir français, mais ils peuvent aussi avoir un autre sens.

VERBE   HABER

Il s’utilise comme auxiliaire pour former tous les temps composés

He escrito una carta a mi amiga.
J’ai écrit une lettre à mon amie.

Pedro se ha marchado a Madrid.
Pierre est parti à Madrid.

On emploie toujours « haber » pour former les temps composés, même si en français le verbe se conjugue avec l’auxiliaire « être ».

Son las cartas que he leido.
Ce sont les lettres que j’ai lues.
En espagnol, il n’y a jamais d’accord du participe passé, quelle que soit la position du complément d’objet direct.

 

Il s’emploie à la forme impersonnelle pour exprimer l’existence de quelque chose : hay = il y a

Seul le présent a une forme différente :

Hay mucha gente en la calle.
Il y a beaucoup de monde dans la rue.

Había mucha gente en la calle.
Il y avait beaucoup de monde dans la rue.

 

Il exprime l’obligation lorsqu’il est suivi de : de + infinitif

Hemos de trabajar.
Nous devons travailler.

À la forme impersonnelle, « haber » exprime l’obligation lorsqu’il est suivi de : que + infinitif

Hay que pensar antes de hablar.
Il faut penser avant de parler.

Había que prestar atención para no equivocarse.
Il fallait faire attention pour ne pas se tromper.

 

VERBE   TENER

Il exprime la possession.

Tengo un coche.
J’ai une voiture.

On l’utilise aussi pour exprimer :

L’âge
Tengo veinte años.
J’ai vingt ans.

Des sensations
Tengo calor/frío/hambre…
J’ai chaud/froid/faim…

Des sentiments
Tengo miedo/suerte/razón…
J’ai peur/de la chance/ raison…

Il indique une obligation lorsqu’il est suivi de : que + infinitif

Tienes que estudiar esta lección.
Tu dois étudier cette leçon.

 

Madrid - Museo Sorolla - Foto - Pintando el baño del caballo

CUENCA, VILLE HISTORIQUE

 

 

 

Cuenca – Casas Colgadas – Foto Oscar Barovero

Cuenca est une ville médiévale de la région de Castille-La Manche, située à 1000 mètres d’altidude dans une zone montagneuse entre les gorges de deux fleuves : le Jucar et son affluent le Huécar.

Cuenca – Les gorges du Huécar – Foto Zarateman

Elle est entourée d’un magnifique paysage rocheux couvert de forêts de pins et de peupliers, dans lequel elle s’intègre parfaitement.

Cuenca – Casco antiguo – Foto Tamorlan

La vielle ville, séparée de la ville nouvelle par le Huécar et construite par les Maures durant le califat de Cordoue, est remarquablement bien conservée. En 1177, elle fut conquise par le roi de Castille Alfonse VIII.

Cuenca fut une ville importante et très prospère dès le XIVe siècle, grâce au commerce de la laine et à une industrie textile florissante. Les nombreux édifices de style gothique et renaissance en sont les témoins.

Cuenca – Puente San Pablo – Foto DavidDaguerro

On accède à la ville par le pont Saint-Paul de 100 mètres de long au dessus du fleuve Huécar,  construit en 1902 pour remplacer l’ancien pont de pierre de 1533 qui s’était effondré.

Cuenca – Casas Colgadas – Foto Xauxa Hakan Svensson

Les maisons suspendues, « las casas colgantes »  sont les édifices les plus emblématiques et les plus originaux de la ville. Construites au XIVe siècle et restaurées au XXe siècle, ces trois maisons surplombent les gorges du fleuve Huécar. Deux d’entre elles, « las casas del Rey », abritent le Musée d’Art Abstrait Espagnol. Dans l’autre se trouve une auberge « La Casa de la Sirena ».

Cuenca – Plaza Mayor – Foto DavidDaguerro

La Plaza Mayor, de forme triangulaire, est entourée de maisons aux façades peintes de différentes couleurs, et de trois monuments importants .

Cuenca – Catedral – Foto Der pepe

La cathédrale Santa María de Gracia fut le premier édifice construit après la conquête de la ville. Elle occupe l’emplacement d’une ancienne mosquée. De style gothique normand, elle possède aussi des éléments de l’époque romane. Sa façade et ses tours, remodelées au XVIIe sont de style baroque.

Cuenca-Convento-de-las-Petras.jpg

L’austère couvent de « Las Petras » est du XVIIIe siècle.

Cuenca – Ayuntamiento – Foto Enrique Íñiguez Rodriguez (Qoan)

L’Hôtel de Ville baroque est du XVIIIe siècle. Cet édifice de deux étages repose sur trois grands arcs afin d’éviter de fermer la place qui communique ainsi avec la rue Alfonso VIII.

Cuenca a aussi un important patrimoine religieux. Les nombreux sanctuaires, églises et couvents que l’on peut découvrir en parcourant ses rues pavées, sont pour la plupart dignes d’une visite

Cuenca – Iglesia San Pedro – Foto Instituto Cervantes

L’Église de Saint-Pierre, de forme octogonale, est peut-être la plus représentative. Elle fut construite au XVIIIe siècle à l’emplacement d’une ancienne mosquée.

Cuenca – Convento de San Pablo – Foto OsvaldoGago

Le couvent de Saint Paul, aujourd’hui converti en parador national, est une construction du XVIe siècle. Son église, de style gothique décadent dont la décoration est baroque, abrite l’espace Gustave Torner.

Cuenca-La-torre-Mangana-Foto-Antonio-Marín-Segovia

La Tour Mangana ou tour de l’Horloge domine la ville. Elle appartenait à une forteresse construite par les Maures. Au cours des siècles elle a dû être restaurée plusieurs fois. Elle offre une vue imprenable sur la ville et ses environs.

Cuenca – La ciudad encantada – Foto Xauxa Hakan Svensson

À 28 kilomètres de Cuenca, dans le parc naturel des montagnes de Cuenca, se trouve la Ville Enchantée où au cours d’une agréable promenade, on peut admirer les étranges formations rocheuses, sculptées par l’érosion, qui évoquent des formes humaines, d’animaux ou d’objets…

Cuenca a été déclarée patrimoine de l’Humanité par l’UNESCO en 1996.

Madrid - Museo Sorolla - Foto - Pintando el baño del caballo

SE PRÉSENTER EN ESPAGNOL

 

 

 

 

Voici quelques modèles de phrases pour se présenter en espagnol.

 

Se présenter de manière formelle :

Buenos días, soy el señor Rodríguez.
Bonjour, je suis Monsieur Rodriguez.

Buenas tardes, soy la señora Dubois.
Bonjour, je suis Madame Dubois.

Permita que me presente: me llamo Pablo Díaz.
Permettez-moi de me présenter : Je m’appelle Pablo Diaz.

Encantado de conocerle.
Enchanté de vous connaître.

Mucho gusto.
Enchanté.

 

Se présenter de manière informelle :

¡Hola! ¿Qué tal? Soy María. ¿Y tú, cómo le llamas?
Salut! Ça va? Je suis María. Et toi, comment tu t’appelles ?

¡Hola! Me llamo Pedro.
Salut! Je m’appelle Pedro.

 

Présenter quelqu’un:

Le presento al señor García.
Je vous présente Monsieur García.

Le/te presento a** Lola.
Je vous/te présente Lola.

Me gustaría presentarte (presentarle) a mi amiga Ana.
J’aimerais te présenter (vous présenter) mon amie Ana.

Esta es Patricia, mi vecina.
Voici Patricia, ma voisine.

 

* Señor, señora, señorita sont toujours précédés de l’article défini.
**Devant un nom de personne complément direct ou indirect, il faut toujours mettre la préposition a

 

Madrid - Museo Sorolla - Foto - Pintando el baño del caballo

L’AQUEDUC DE SÉGOVIE

 

 

Segovia – El acueducto – Foto David Corral Gadea

L’aqueduc de Ségovie, inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1985, est le vestige romain le plus impressionnant qui se trouve en Espagne.

Segovia – El acueducto – Foto Jebulon

Défiant le temps, cette œuvre monumentale de l’ingénierie romaine, commencée entre les années 112 et 116, durant le règne de l’empereur Adrien,  est remarquablement bien préservée.

Segovia – Vista aérea – Foto Mcpolu

Ce chef-d’œuvre d’esthétique et d’équilibre, situé en plein centre de Ségovie, avec à sa gauche la place de l’Azoguejo et à sa droite celle de la Artillería, s’insère parfaitement dans le cadre de la ville.

Segovia – El acueducto detalle – Foto Josemanuel

L’aqueduc est composé de 20 400 blocs de granite, liés par leur propre poids, sans mortier. Il mesure 881 mètres de long et 28,5 mètres de haut et est composé de 120 piliers qui soutiennent 166 arcs.

Segovia – El acueducto – Foto Bernard Gagnon

Il fut construit pour approvisionner Ségovie en eau, et utilisé jusqu’à la moitié du XXe siècle. De nos jours, il alimente uniquement une fontaine de la place Azoguejo.

El valle de la Fuenfría – Foto Miguel303xm

L’eau qui s’acheminait vers la ville, au moyen d’un système de canalisations souterraines, provenait d’une source de la vallée de la  Fuenfría située à 17 kilomètres, dans les montagnes de la Sierra de Guadarrama.

Segovia – El acueducto – foto Manuel González Olaechea y Franco

La légende raconte qu’une jeune porteuse d’eau ségovienne, fatiguée de sa dure profession, fit un jour un pacte avec le Diable : si ce dernier trouvait le moyen de conduire l’eau jusque chez elle, avant l’aube du lendemain, elle lui donnerait son âme. Le Diable consentit et se mit à l’œuvre. Mais la jeune fille, inquiète, se repentant de son action et ne pouvant trouver le sommeil, passa de longues heures en prière. Cette nuit-là, un terrible orage se produisit dans la ville et au lever du soleil, il manquait encore une pierre à la construction. Le Diable avait perdu et, furieux, il abandonna la ville. La jeune fille conserva son âme et les ségoviens gagnèrent un aqueduc.

Segovia – El acueducto – Nicho con la Virgen de la Fuencisla – Foto Zarateman

On dit que c’est dans le vide laissé par la pierre manquante que se trouve la statue de la Vierge  au centre de l’aqueduc…