imagesnnn

CUENCA, VILLE HISTORIQUE

 

 

 

Cuenca – Casas Colgadas – Foto Oscar Barovero

Cuenca est une ville médiévale de la région de Castille-La Manche, située à 1000 mètres d’altidude dans une zone montagneuse entre les gorges de deux fleuves : le Jucar et son affluent le Huécar.

Cuenca – Les gorges du Huécar – Foto Zarateman

Elle est entourée d’un magnifique paysage rocheux couvert de forêts de pins et de peupliers, dans lequel elle s’intègre parfaitement.

Cuenca – Casco antiguo – Foto Tamorlan

La vielle ville, séparée de la ville nouvelle par le Huécar et construite par les Maures durant le califat de Cordoue, est remarquablement bien conservée. En 1177, elle fut conquise par le roi de Castille Alfonse VIII.

Cuenca fut une ville importante et très prospère dès le XIVe siècle, grâce au commerce de la laine et à une industrie textile florissante. Les nombreux édifices de style gothique et renaissance en sont les témoins.

Cuenca – Puente San Pablo – Foto DavidDaguerro

On accède à la ville par le pont Saint-Paul de 100 mètres de long au dessus du fleuve Huécar,  construit en 1902 pour remplacer l’ancien pont de pierre de 1533 qui s’était effondré.

Cuenca – Casas Colgadas – Foto Xauxa Hakan Svensson

Les maisons suspendues, « las casas colgantes »  sont les édifices les plus emblématiques et les plus originaux de la ville. Construites au XIVe siècle et restaurées au XXe siècle, ces trois maisons surplombent les gorges du fleuve Huécar. Deux d’entre elles, « las casas del Rey », abritent le Musée d’Art Abstrait Espagnol. Dans l’autre se trouve une auberge « La Casa de la Sirena ».

Cuenca – Plaza Mayor – Foto DavidDaguerro

La Plaza Mayor, de forme triangulaire, est entourée de maisons aux façades peintes de différentes couleurs, et de trois monuments importants .

Cuenca – Catedral – Foto Der pepe

La cathédrale Santa María de Gracia fut le premier édifice construit après la conquête de la ville. Elle occupe l’emplacement d’une ancienne mosquée. De style gothique normand, elle possède aussi des éléments de l’époque romane. Sa façade et ses tours, remodelées au XVIIe sont de style baroque.

Cuenca-Convento-de-las-Petras.jpg

L’austère couvent de « Las Petras » est du XVIIIe siècle.

Cuenca – Ayuntamiento – Foto Enrique Íñiguez Rodriguez (Qoan)

L’Hôtel de Ville baroque est du XVIIIe siècle. Cet édifice de deux étages repose sur trois grands arcs afin d’éviter de fermer la place qui communique ainsi avec la rue Alfonso VIII.

Cuenca a aussi un important patrimoine religieux. Les nombreux sanctuaires, églises et couvents que l’on peut découvrir en parcourant ses rues pavées, sont pour la plupart dignes d’une visite

Cuenca – Iglesia San Pedro – Foto Instituto Cervantes

L’Église de Saint-Pierre, de forme octogonale, est peut-être la plus représentative. Elle fut construite au XVIIIe siècle à l’emplacement d’une ancienne mosquée.

Cuenca – Convento de San Pablo – Foto OsvaldoGago

Le couvent de Saint Paul, aujourd’hui converti en parador national, est une construction du XVIe siècle. Son église, de style gothique décadent dont la décoration est baroque, abrite l’espace Gustave Torner.

Cuenca-La-torre-Mangana-Foto-Antonio-Marín-Segovia

La Tour Mangana ou tour de l’Horloge domine la ville. Elle appartenait à une forteresse construite par les Maures. Au cours des siècles elle a dû être restaurée plusieurs fois. Elle offre une vue imprenable sur la ville et ses environs.

Cuenca – La ciudad encantada – Foto Xauxa Hakan Svensson

À 28 kilomètres de Cuenca, dans le parc naturel des montagnes de Cuenca, se trouve la Ville Enchantée où au cours d’une agréable promenade, on peut admirer les étranges formations rocheuses, sculptées par l’érosion, qui évoquent des formes humaines, d’animaux ou d’objets…

Cuenca a été déclarée patrimoine de l’Humanité par l’UNESCO en 1996.

imagesnnn

LA PUERTA DEL SOL À MADRID

 

Madrid – Puerta del sol – Foto Tomás Fano

La Puerta del Sol est une des places les plus connues de Madrid. Située au centre de la capitale, elle est le point de convergence de dix rues chargées d’Histoire, et le point de rencontre des Madrilènes et des visiteurs.

Au XIIe siècle, Madrid était protégée par une muraille et la Puerta del Sol était une entrée à la ville. Elle doit son nom au cadran solaire qui se trouvait autrefois sur le fronton de l’un de ses édifices.

Madrid – Puerta del Sol – Metro -Foto multisanti

Cette grande place  réservée aux piétons est entourée de grands immeubles, de commerces et de statues emblématiques.

Madrid – Puerta del Sol – Casa de Correos – Foto Dimo Dimov de Bulgaria

L’édifice le plus imposant est sans doute la « Real Casa de Correos » dont la construction date de la seconde moitié du XVIIIe siècle et qui fut le bureau de poste de Madrid pendant de nombreuses années. Il devint plus tard le siège du Ministère de l’Intérieur et est occupé aujourd’hui par la Présidence du Gouvernement de la Communauté de Madrid.

 

Madrid – Puerta del sol – Reloj

La célèbre Tour de l’Horloge fut ajoutée au XIX. L’horloge fut construite et offerte à la ville par l’horloger Juan Rodriguez de Losada.

Madrid – Puerta del Sol – Campanadas 31 de diciembre

Tous les 31 décembre, une foule importante se rassemble sur la Puerta del Sol pour manger les douze grains de raisin porteurs de chance, au son des 12 coups de minuit du carillon qui annoncent le commencement de la nouvelle année.

Madrid – Puerta del Sol – kilómetro cero – Foto Kaetzar

Devant la « Casa de Correos », une plaque sur le sol indique le kilomètre zéro, point de départ de toutes les routes radiales d’Espagne.

Madrid- Puerta del sol – Estatua Carlos III – Foto Carlos Delgado

Au centre de la place, entre deux fontaines, se dresse la statue équestre du roi Carlos III. Ce monarque qui, grâce à l’application d’un vaste plan d’extension et d’assainissement, rénova la capitale et fit construire de nombreuses avenues et édifices, fut surnommé « le meilleur maire de Madrid ».

Madrid – Puerta del sol – el oso y el madroño – Foto David Adam Kess

À l’est, près de la rue d’Alcala, la statue de l’Ours et l’Arbousier, œuvre de l’architecte Antonio Navarro Santafé date de 1967. Cette sculpture de quatre mètres de hauteur, réalisée en pierre et en bronze, est le symbole de  la ville de Madrid.

Madrid – Puerta del sol – estatua de la Mariblanca – Foto Carlos Delgado

Une réplique de la statue de la « Mariblanca » qui appartenait à la première fontaine qui fut installée sur la Puerta del Sol, se trouve en face de la rue Arenal. Cette statue de marbre blanc et de petites dimensions, semble représenter Diane ou Venus. L’original se trouve dans le vestibule de l’ancienne mairie de Madrid, « la casa de la Villa ».

Madrid – Puerta del sol – Tío Pepe – Foto David Adam Kess

Sur l’immeuble de l’ancien Hôtel de Paris, qui a aujourd’hui un autre propriétaire, l’enseigne de « Tío Pepe » est toujours présente, bien qu’elle fût retirée en 2011. Devant l’insistance des Madrilènes qui considèrent qu’elle fait partie de la place, la mairie décida de l’installer de nouveau.

Madrid – Puerta del Sol – Foto Carlos Delgado
imagesnnn

ALCALA DE HENARES, LA VILLE DE CERVANTES

 

 

 

Alcala de Henares – Plaza Cervantes – Photo santiagolopezpastor

La ville d’Alcala de Henares appartient à la communauté de Madrid et se trouve à 31 kilomètres de la capitale, dans la vallée de la rivière Henares, affluent du Tajo.
La vallée de la rivière Henares est habitée depuis l’époque néolithique. Les Romains y construisirent la ville de Complutum et les arabes la forteresse militaire d’Al-Qalat.
Reconquise en 118 par les chrétiens, Alcala de Henares devint le siège de l’Archidiocèse de Tolède, mais aussi un lieu où se mêlaient des cultures différentes. À la fin du Moyen Âge les communautés juive, musulmane et chrétienne, vivaient en paix.

Alcala de Henares – Universidad – Foto M.Peinado

En 1499, le cardinal Cisneros fit construire la prestigieuse Université Complutense, l’une des plus vieilles d’Europe, où se formèrent plusieurs écrivains importants. L’ensemble des monuments été déclaré patrimoine de l’Humanité par l’UNESCO. C’est à partir de cette date que la ville commença à se développer de façon importante, jusqu’au XVIIe siècle où elle se trouva à son apogée.

Alcala de Henares – Entrée maison natale de Cervantes- Photo M.Peinado

Alcala de Henares est aussi le lieu de naissance de Miguel de Cervantès, auteur de l’une des plus grandes œuvres de la littérature universelle. « Don Quichotte de la Manche ».

 

Alcala de Henares – Casa Cervantes – Foto M.Peinado

La visite de la maison natale de l’écrivain est très intéressante… et gratuite, et l’on peut admirer une magnifique collection de plusieurs éditions anciennes de « Don Quichotte ».

Alcala de Henares – Plaza Cervantes – Photo M.Peinado

La Place Cervantès est l’ancienne place du marché. C’est aujourd’hui un endroit emblématique de la ville et un point de rencontre social et culturel.

Alcala de Henares – Capilla del oidor – Foto Superchilum

Tout près, la Chapelle del Oidor, de style mudéjar, prés de l’ancienne église de Santa-María qui fut détruite pendant la guerre civil, conserve les fonts baptismaux de Miguel de Cervantès.

Alcala de Henares – Calle Mayor – Foto Emilio emijrp (CC-BY-SA)

La calle Mayor est une des rues principales de la ville. Elle fut construite au XIIe siècle et suit le tracé de l’ancienne voie romaine.

Alcala de Henares – Pórticos de la Calle Mayor – Foto Cruccone

Elle a toujours été très commerçante et c’est une des rues à arcades, les plus longues d’Europe. Au Moyen Âge les colonnes étaient en bois. Elles furent remplacées par des colonnes en pierres au XIVe siècle, puis par des piliers au XIXe siècle.

Alcala de Henares -Palais des archevêques – Photo Raimundo Pastor

Le Palais des Archevêques est un palais-forteresse construit en 1209 et restauré de nombreuses fois. C’est là que Christophe Colomb rencontra les Rois Catholiques avant de partir pour l’expédition qui lui fera découvrir l’Amérique.

Alcala de Henares – Catedral Magistral de Alcalá de Henares-

L’Église Magistral-Catedral de los Santos Niños Justo y Pastor, de style gothique, fut édifiée entre le XVe siècle et le XVIe siècle sur une ancienne chapelle dédiée à deux enfants martyrs, Justo et Pastor, qui sont les saints patrons de la ville. C’est la seule, avec l’église Saint-Pierre de Louvain en Belgique, qui détient le titre de magistral qui  implique que tous les chanoines doivent être docteurs en théologie.

Alcala de Henares – Corral de Comedias – Foto Raimundo Pastor

Alcala de Henares conserve l’un des plus anciens théâtres d’Europe, le Corral de Comedias construit en 1601 et qui continue à offrir des représentations théâtrales ou musicales.

Alcalá_de_Henares-museo_cisneriano-DavidDaguerro

Le Palais Laredo de style néo-mudéjar date du XIXe siècle. Il abrite le musée Cisneriano.

Alcala de Henares -Puerta de Madrid – Foto Pavlemadrid

La Porte de Madrid que l’on voit aujourd’hui est de 1788 et a remplacé la porte médiévale qui faisait partie des remparts de la ville. Elle s’ouvre sur l’ancienne route qui conduit à Madrid. À Madrid, la puerta de Alcala correspondait à l’autre extrémité de la même route.

 

imagesnnn

ÁVILA, LA VILLE MÉDIÉVALE

 

 

Ávila – Les remparts – Photo Pelayo2

La ville d’Ávila se trouve dans la communauté de Castille et Léon, au centre de l’Espagne.

– Remparts – Photo Elena F D

Installée sur les plateaux de la Meseta, à 1131 mètres d’altitude, elle est la capitale de province la plus élevée d’Espagne.

Ávila

La vieille ville est entourée des remparts médiévaux les mieux conservés d’Europe.

Avila – Remparts – Photo Sherpa

Cette muraille de douze mètres de hauteur, trois mètres d’épaisseur et de deux kilomètres de long, construite au XIe siècle, est renforcée par quatre-vingt-huit  tours… où tous les printemps les cigognes viennent construire leurs nids.

Ávila – Porte de l’Alcazar – Photo Jorge González

Neuf portes donnent accès à la ville. Les plus impressionnantes sont celle de l’Alcazar et celle de San Vicente.

Avila – Catedral del Salvador- Foto PMRMaeyaert

Extérieurement, la cathédrale ressemble à une forteresse ; Elle fait d’ailleurs partie intégrante de la muraille.

Avila – Abside de la cathédrale – Photo Roberto Abizanda de Zaragoza

Construite entre les siècles XI et XV, elle est considérée comme la première cathédrale gothique d’Espagne. Elle abrite la sculpture d’albâtre du sépulcre de Tostado, évêque au XVe siècle, realisée par Vasco de la Zarza.

Mais la ville est aussi, et surtout, le lieu de naissance de sainte-Thérèse : un grand nombre d’édifices religieux sont associés à sa vie.

Avila – Convento de Sta Teresa – Foto Hakan Svensson

Le couvent de Sainte-Thérèse occupe l’emplacement de la maison natale de la Sainte. L’église de style baroque fut construite au XVIIe siècle . Le musée  de Sainte-Thérèse se trouve dans la crypte..

Ávila – Convento de la Encarnación – Foto Zarateman

Le couvent de l’Encarnación se trouve en dehors des murs. C’est là que la sainte passa plus de 20 ans de sa vie.

Avila -Basilica de San Vicente – Foto Zarateman

La basilique de San Vicente, également en dehors des murs, est l’église romane la plus importante de la ville. Les portes ouest et sud sont richement décorées.

Avila – Eglise de San Pedro – Photo Choniron

L’église de San Pedro, romane avec quelques traces de gothique se trouve sur la place Santa Teresa.

Ávila – Palacio de los Verdugos – Foto José Luis Filpo Cabana

À l’intérieur des murs dans la zone la plus élevée de la ville, de nombreux palais et riches demeures furent construits entre le XVe siècle  et le XVIIIe siècle, comme, par exemple, le palais épiscopal, le palais de Bracamonte ou le palais des Verdugos.

Judías de El barco de Ávila – Foto Xemenendura

Ávila est aussi réputée pour sa gastronomie. L’excellente qualité de ses légumes secs est connue et ses viandes qui ont une appellation contrôlée sont très appréciées.

Ávila – Patatas revolconas – Foto Tamorlan

Ses principaux plats traditionnels sont les haricots blancs, la côte de bœuf grillée, les pommes de terres « revolconas » et les viandes rôties.

Yemas de Santa Teresa – Foto Tamorlan

La pâtisserie aussi offre une grande variété de délicieuses préparations, souvent élaborées par les religieuses des couvents, et dont la plus connue est sans doute celle des « Yemas de Santa Teresa ».

Avila – Monumento a Santa Teresa – Foto Hakan Svensson

 

imagesnnn

TOLÈDE, UN VOYAGE À TRAVERS L’HISTOIRE DE L’ESPAGNE

 

 

Tolède – Foto tnarik

Au centre de l’Espagne, à 67 kilomètres de Madrid, la ville de Tolède se dresse sur une colline qu’entoure un grand méandre du Tage.

Toledo – Casco histórico – Foto Diliff

Son important patrimoine artistique et culturel est un témoignage exceptionnel non seulement de son histoire mais aussi de celle de l’Espagne.

La situation privilégiée de la colline, dominant les terres avoisinantes, a favorisé de tout temps l’installation de populations à cet endroit, comme le montrent les restes archéologiques de l’Âge du bronze qui ont été découverts.

Toledo – Circo romano – Foto Carlos Pino Andújar

En 192 av. J-C, les Romains fondèrent la petite ville fortifiée de « Toletum ».

Toledo – Corona del rey visigodo Recesvinto

Au VIe siècle, elle fut occupée par les wisigoths qui en firent leur capitale politique et religieuse et l’embellirent. L’église mudéjar de San Román est le siège d’un musée consacré à l’exposition des vestiges de la culture wisigothe à Tolède.

Toledo – Calle

Tolède tombe aux mains des musulmans en 712. Au XIème siècle, elle devient la capital d’un petit royaume musulman et un centre culturel important.

Toledo – Mezquita del Cristo de la Luz – Foto Jl FilpoC

La ville conserve de nombreuses traces de l’occupation maure : le tracé de ses ruelles étroites et divers monuments .  L’ancienne mosquée de Bab-al Mardoum construite en 999, devenue l’église San Cristo de la Luz est inspirée de la mosquée de Cordoue.

Tolède – Château de san Servan construit sous le règne de Alfonso VI – Photo Carlos Delgado

En 1085, pendant la Reconquête, Alphonse VI de Castille reprend la ville aux musulmans et réussit à unir sous son autorité, chrétiens, juifs et musulmans.

Les cantiques, Alphonse X et les traducteurs de Tolède

Tolède devient alors « la ville des trois cultures » et les échanges culturels donnèrent lieu à la création d’une communauté intellectuelle particulièrement féconde : la «  Escuela de Traductores de Toledo » (l’École des traducteurs de Tolède) dont la mission était de traduire au castillan, et d’interpréter, les textes écrits en latin, en grecs, en arabes et en hébreux.

Tolède – Sinagogue de Santa María la Blanca

La coexistence de ces cultures a donné lieu à un nouveau style artistique, « l’art mudéjar » qui incorpore à l’art roman et gothique des éléments et des matériaux de l’art musulman.

Tolède – Sinagogue du Transito – Foto Selbymay

Ce style se retrouve particulièrement dans deux anciennes synagogues : Santa Maria la Blanca et el Tránsito.

Tolède – Cathédral – Photo Michal Osmenda

L’art gothique est représenté par la cathédrale, œuvre de l’architecte Rodrigo Jimenez de Radas, commencée en 1226 et terminée en 1492.

Tolède – Pont de San Martin – Photo Rafesmar

Le magnifique pont de Saint-Martin est aussi de style gothique.

Tolède – Église San Juan de los Reyes – Photo Querubin Saldaña Sanchez

Au temps de rois Catholiques, Tolède continua à jouer un rôle important en tant que capitale politique et religieuse.

Tolède – Église San Juan de los Reyes cloître – Photo Daderot

Les rois firent construire  l’église de San Juan de los Reyes destinée à recevoir leur sépulture.

Tolède – l’Alcazar – Photo Carlos Delgado

Charles V lui donna à Tolède le statut de « ville impériale et couronnée ». Il fit construire l’Alcazar sur les ruines des forteresses romaines et wisigothes.

Tolède – Porte de Bisagra – Photo Chensuyuan

La porte de Bisagra, porte d’entrée principale de la ville , fut spécialement remodelée pour recevoir l’empereur lors d’une de ses visites à la ville.

Tolède – La maison du Greco – Photo Bkwllwm

Son successeur, Philippe II choisit Madrid pour capitale et Tolède perdit sa position priviligiée . Cependant, elle continua à attirer les artistes, le plus connu d’entre eux étant Le Greco qui s’installa dans la ville en 1577.

Le Greco – Vue et plan de Tolède (1610)

Le musée du Greco expose des tableaux représentatifs des différentes étapes du parcours artistique du peintre.

Classée au Patrimoine mondial de l’Unesco en 1986, Tolède , aujourd’hui ville de province, n’en reste pas moins une ville d’art, un lieu hors du commun et hors du temps.

 

 

imagesnnn

LA PLAZA MAYOR DE MADRID

 

 

Madrid – Plaza Mayor

La Plaza Mayor, située au cœur du Madrid des Austrias, est un des endroits les plus emblématiques de la capitale.

Madrid – Plaza Mayor

De forme rectangulaire, elle mesure 128 mètres de long et 94 mètres de large, et est entourée d’arcades et de maisons à trois étages avec de nombreux balcons.

Ses origines remontent au XIIIème siècle où sous le nom de plaza del Arrabal, elle abritait un grand marché qui approvisionnait la ville.

En 1580, le roi Felipe II qui venait d’installer sa cour à Madrid, chargea l’architecte Juan de Herrera de la préparation d’un projet de remodelage de la place.

Madrid – Plaza Mayor – Foto Carlos Delgado

En 1590, Diego Sillero commença la construction du premier édifice « la casa de la panadería », la maison de la boulangerie, appelée ainsi car au rez-de-chaussée se trouvait la boulangerie principale de la ville, chargée de fixer le prix du pain.

Madrid Plaza Mayor – Casa de la Panadería – Foto Wikimedia

Les fresques qui décorent la façade sont de Claudio Coello et José Jiménez Donoso.Au  cours des siècles, la Casa de la Panadería fut demeure royale, puis siège de l’Académie des Beaux-arts, de l’académie d’histoire et aujourd’hui de l’Office du Tourisme de Madrid.

Entre 1617 et 1618, l’architecte Juan Gomez de Mora se chargea de la construction des autres bâtiments.

Madrid – Plaza Mayor – Arco de Cuchilleros

En 1790, un incendie détruisit une partie de la place. Lors de la reconstruction des parties endommagées, de nouveaux porches d’entrée furent ajoutés ; le plus notables étant celui de Cuchilleros qui doit son nom aux couteliers installés dans la rue voisine.

Madrid – Plaza Mayor – estátua de Felipe III

La statue équestre de Felipe III que la reine Isabel II fit installer au centre de la place, en 1848, est une œuvre de 1616, de Jean de Bolonia.

Plaza Mayor – Entrada de Carlos III en Madrid – Óleo de Lorenzo Quirós (1760)

Dès son inauguration, la plaza Mayor a servi de point de rencontre pour tous les types de spectacles : le couronnement des rois, les corridas, les duels y les exécutions d’hérétiques… Les balcons, que les propriétaires des maisons louaient aux spectateurs, étaient des endroits très recherchés pour profiter des divertissements. Les familles royales occupaient ceux des luxueux appartements qu’elles possédaient aux étages de la Casa de la Panadería.

Madrid – Plaza Mayor – Foto José Casado

De nos jours, cette place reste un lieu de rendez-vous populaire.

 

Madrid – Plaza Mayor – Filatelia

Ses arcades abritent de nombreux commerces, des cafés et des restaurants et tous les dimanches des stands de philatélistes et de numismates s’y installent.En décembre, le marché de noël, attire de nombreux madrilènes.

Madrid – Plaza Mayor – Foto Sebastian Dubiel

Cette année de 2017, la Plaza Mayor fête son quatrième centenaire. À cette occasion de nombreuses activités ludiques sont prévues : concerts, jeux, tournois de poésie, retransmissions de Zarzuelas et d’opéras…