patios-de-cordoba-1080x675

ÁVILA, LA VILLE MÉDIÉVALE

 

 

Ávila – Les remparts – Photo Pelayo2

La ville d’Ávila se trouve dans la communauté de Castille et Léon, au centre de l’Espagne.

– Remparts – Photo Elena F D

Installée sur les plateaux de la Meseta, à 1131 mètres d’altitude, elle est la capitale de province la plus élevée d’Espagne.

Ávila

La vieille ville est entourée des remparts médiévaux les mieux conservés d’Europe.

Avila – Remparts – Photo Sherpa

Cette muraille de douze mètres de hauteur, trois mètres d’épaisseur et de deux kilomètres de long, construite au XIe siècle, est renforcée par quatre-vingt-huit  tours… où tous les printemps les cigognes viennent construire leurs nids.

Ávila – Porte de l’Alcazar – Photo Jorge González

Neuf portes donnent accès à la ville. Les plus impressionnantes sont celle de l’Alcazar et celle de San Vicente.

Avila – Catedral del Salvador- Foto PMRMaeyaert

Extérieurement, la cathédrale ressemble à une forteresse ; Elle fait d’ailleurs partie intégrante de la muraille.

Avila – Abside de la cathédrale – Photo Roberto Abizanda de Zaragoza

Construite entre les siècles XI et XV, elle est considérée comme la première cathédrale gothique d’Espagne. Elle abrite la sculpture d’albâtre du sépulcre de Tostado, évêque au XVe siècle, realisée par Vasco de la Zarza.

Mais la ville est aussi, et surtout, le lieu de naissance de sainte-Thérèse : un grand nombre d’édifices religieux sont associés à sa vie.

Avila – Convento de Sta Teresa – Foto Hakan Svensson

Le couvent de Sainte-Thérèse occupe l’emplacement de la maison natale de la Sainte. L’église de style baroque fut construite au XVIIe siècle . Le musée  de Sainte-Thérèse se trouve dans la crypte..

Ávila – Convento de la Encarnación – Foto Zarateman

Le couvent de l’Encarnación se trouve en dehors des murs. C’est là que la sainte passa plus de 20 ans de sa vie.

Avila -Basilica de San Vicente – Foto Zarateman

La basilique de San Vicente, également en dehors des murs, est l’église romane la plus importante de la ville. Les portes ouest et sud sont richement décorées.

Avila – Eglise de San Pedro – Photo Choniron

L’église de San Pedro, romane avec quelques traces de gothique se trouve sur la place Santa Teresa.

Ávila – Palacio de los Verdugos – Foto José Luis Filpo Cabana

À l’intérieur des murs dans la zone la plus élevée de la ville, de nombreux palais et riches demeures furent construits entre le XVe siècle  et le XVIIIe siècle, comme, par exemple, le palais épiscopal, le palais de Bracamonte ou le palais des Verdugos.

Judías de El barco de Ávila – Foto Xemenendura

Ávila est aussi réputée pour sa gastronomie. L’excellente qualité de ses légumes secs est connue et ses viandes qui ont une appellation contrôlée sont très appréciées.

Ávila – Patatas revolconas – Foto Tamorlan

Ses principaux plats traditionnels sont les haricots blancs, la côte de bœuf grillée, les pommes de terres « revolconas » et les viandes rôties.

Yemas de Santa Teresa – Foto Tamorlan

La pâtisserie aussi offre une grande variété de délicieuses préparations, souvent élaborées par les religieuses des couvents, et dont la plus connue est sans doute celle des « Yemas de Santa Teresa ».

Avila – Monumento a Santa Teresa – Foto Hakan Svensson

 

patios-de-cordoba-1080x675

TOLÈDE, UN VOYAGE À TRAVERS L’HISTOIRE DE L’ESPAGNE

 

 

Tolède – Foto tnarik

Au centre de l’Espagne, à 67 kilomètres de Madrid, la ville de Tolède se dresse sur une colline qu’entoure un grand méandre du Tage.

Toledo – Casco histórico – Foto Diliff

Son important patrimoine artistique et culturel est un témoignage exceptionnel non seulement de son histoire mais aussi de celle de l’Espagne.

La situation privilégiée de la colline, dominant les terres avoisinantes, a favorisé de tout temps l’installation de populations à cet endroit, comme le montrent les restes archéologiques de l’Âge du bronze qui ont été découverts.

Toledo – Circo romano – Foto Carlos Pino Andújar

En 192 av. J-C, les Romains fondèrent la petite ville fortifiée de « Toletum ».

Toledo – Corona del rey visigodo Recesvinto

Au VIe siècle, elle fut occupée par les wisigoths qui en firent leur capitale politique et religieuse et l’embellirent. L’église mudéjar de San Román est le siège d’un musée consacré à l’exposition des vestiges de la culture wisigothe à Tolède.

Toledo – Calle

Tolède tombe aux mains des musulmans en 712. Au XIème siècle, elle devient la capital d’un petit royaume musulman et un centre culturel important.

Toledo – Mezquita del Cristo de la Luz – Foto Jl FilpoC

La ville conserve de nombreuses traces de l’occupation maure : le tracé de ses ruelles étroites et divers monuments .  L’ancienne mosquée de Bab-al Mardoum construite en 999, devenue l’église San Cristo de la Luz est inspirée de la mosquée de Cordoue.

Tolède – Château de san Servan construit sous le règne de Alfonso VI – Photo Carlos Delgado

En 1085, pendant la Reconquête, Alphonse VI de Castille reprend la ville aux musulmans et réussit à unir sous son autorité, chrétiens, juifs et musulmans.

Les cantiques, Alphonse X et les traducteurs de Tolède

Tolède devient alors « la ville des trois cultures » et les échanges culturels donnèrent lieu à la création d’une communauté intellectuelle particulièrement féconde : la «  Escuela de Traductores de Toledo » (l’École des traducteurs de Tolède) dont la mission était de traduire au castillan, et d’interpréter, les textes écrits en latin, en grecs, en arabes et en hébreux.

Tolède – Sinagogue de Santa María la Blanca

La coexistence de ces cultures a donné lieu à un nouveau style artistique, « l’art mudéjar » qui incorpore à l’art roman et gothique des éléments et des matériaux de l’art musulman.

Tolède – Sinagogue du Transito – Foto Selbymay

Ce style se retrouve particulièrement dans deux anciennes synagogues : Santa Maria la Blanca et el Tránsito.

Tolède – Cathédral – Photo Michal Osmenda

L’art gothique est représenté par la cathédrale, œuvre de l’architecte Rodrigo Jimenez de Radas, commencée en 1226 et terminée en 1492.

Tolède – Pont de San Martin – Photo Rafesmar

Le magnifique pont de Saint-Martin est aussi de style gothique.

Tolède – Église San Juan de los Reyes – Photo Querubin Saldaña Sanchez

Au temps de rois Catholiques, Tolède continua à jouer un rôle important en tant que capitale politique et religieuse.

Tolède – Église San Juan de los Reyes cloître – Photo Daderot

Les rois firent construire  l’église de San Juan de los Reyes destinée à recevoir leur sépulture.

Tolède – l’Alcazar – Photo Carlos Delgado

Charles V lui donna à Tolède le statut de « ville impériale et couronnée ». Il fit construire l’Alcazar sur les ruines des forteresses romaines et wisigothes.

Tolède – Porte de Bisagra – Photo Chensuyuan

La porte de Bisagra, porte d’entrée principale de la ville , fut spécialement remodelée pour recevoir l’empereur lors d’une de ses visites à la ville.

Tolède – La maison du Greco – Photo Bkwllwm

Son successeur, Philippe II choisit Madrid pour capitale et Tolède perdit sa position priviligiée . Cependant, elle continua à attirer les artistes, le plus connu d’entre eux étant Le Greco qui s’installa dans la ville en 1577.

Le Greco – Vue et plan de Tolède (1610)

Le musée du Greco expose des tableaux représentatifs des différentes étapes du parcours artistique du peintre.

Classée au Patrimoine mondial de l’Unesco en 1986, Tolède , aujourd’hui ville de province, n’en reste pas moins une ville d’art, un lieu hors du commun et hors du temps.

 

 

patios-de-cordoba-1080x675

LA PLAZA MAYOR DE MADRID

 

 

Madrid – Plaza Mayor

La Plaza Mayor, située au cœur du Madrid des Austrias, est un des endroits les plus emblématiques de la capitale.

Madrid – Plaza Mayor

De forme rectangulaire, elle mesure 128 mètres de long et 94 mètres de large, et est entourée d’arcades et de maisons à trois étages avec de nombreux balcons.

Ses origines remontent au XIIIème siècle où sous le nom de plaza del Arrabal, elle abritait un grand marché qui approvisionnait la ville.

En 1580, le roi Felipe II qui venait d’installer sa cour à Madrid, chargea l’architecte Juan de Herrera de la préparation d’un projet de remodelage de la place.

Madrid – Plaza Mayor – Foto Carlos Delgado

En 1590, Diego Sillero commença la construction du premier édifice « la casa de la panadería », la maison de la boulangerie, appelée ainsi car au rez-de-chaussée se trouvait la boulangerie principale de la ville, chargée de fixer le prix du pain.

Madrid Plaza Mayor – Casa de la Panadería – Foto Wikimedia

Les fresques qui décorent la façade sont de Claudio Coello et José Jiménez Donoso.Au  cours des siècles, la Casa de la Panadería fut demeure royale, puis siège de l’Académie des Beaux-arts, de l’académie d’histoire et aujourd’hui de l’Office du Tourisme de Madrid.

Entre 1617 et 1618, l’architecte Juan Gomez de Mora se chargea de la construction des autres bâtiments.

Madrid – Plaza Mayor – Arco de Cuchilleros

En 1790, un incendie détruisit une partie de la place. Lors de la reconstruction des parties endommagées, de nouveaux porches d’entrée furent ajoutés ; le plus notables étant celui de Cuchilleros qui doit son nom aux couteliers installés dans la rue voisine.

Madrid – Plaza Mayor – estátua de Felipe III

La statue équestre de Felipe III que la reine Isabel II fit installer au centre de la place, en 1848, est une œuvre de 1616, de Jean de Bolonia.

Plaza Mayor – Entrada de Carlos III en Madrid – Óleo de Lorenzo Quirós (1760)

Dès son inauguration, la plaza Mayor a servi de point de rencontre pour tous les types de spectacles : le couronnement des rois, les corridas, les duels y les exécutions d’hérétiques… Les balcons, que les propriétaires des maisons louaient aux spectateurs, étaient des endroits très recherchés pour profiter des divertissements. Les familles royales occupaient ceux des luxueux appartements qu’elles possédaient aux étages de la Casa de la Panadería.

Madrid – Plaza Mayor – Foto José Casado

De nos jours, cette place reste un lieu de rendez-vous populaire.

 

Madrid – Plaza Mayor – Filatelia

Ses arcades abritent de nombreux commerces, des cafés et des restaurants et tous les dimanches des stands de philatélistes et de numismates s’y installent.En décembre, le marché de noël, attire de nombreux madrilènes.

Madrid – Plaza Mayor – Foto Sebastian Dubiel

Cette année de 2017, la Plaza Mayor fête son quatrième centenaire. À cette occasion de nombreuses activités ludiques sont prévues : concerts, jeux, tournois de poésie, retransmissions de Zarzuelas et d’opéras…