boy with guitar cartoon illustration

LE PALAIS ROYAL DE MADRID

 

 

 

Madrid – El palacio Real – Foto Carlos Delgado

Le palais royal de Madrid, situé rue de Bailén dans le vieux Madrid, est un des plus grands palais d’Europe. Résidence officielle du roi d’Espagne, il n’a cependant que des fonctions protocolaires, car, actuellement, la famille royale vit au Palais de la Zarzuela. Le roi Alfonso XVIII fut le dernier roi qui l’habita.

Madrid – El palacio Real – Los jardines de Sabatini – Foto Konstantinos

Le roi Felipe V ordonna sa construction en 1738 pour remplacer l’ancien Alcazar royal détruit par un incendie en 1734. Les architectes Filippo Juvarra, Juan Bautista Sacchetti et Francesco Sabatini furent chargés de diriger les travaux. Le palais fut terminé en 1755 et Carlos III fut le premier roi qui y demeura.

 

Madrid – Plano del Palacio Real

À la fois élégant et imposant, conçu pour représenter la puissance de la royauté, le Palais Royal qui se dresse autour d’une cour carrée, occupe une surface de 135 000 m2 et compte plus de 3 000 pièces, dont 50 sont ouvertes au public, 44 escaliers et une trentaine de salons principaux. Ses façades ont trois niveaux, 870 fenêtres et 240 balcons.

Les matériaux utilisés pour sa construction sont le marbre, le granit et la pierre blanche de Colmenar.

Madrid – La Cathédrale de la Almudena – Photo Luis Carcía

Sur la place de l’Armería devant l’entrée du palais, se trouve la cathédrale de Santa María la Real de Almudena construite entre 1878 et 1992.

Madrid – El palacio Real – Fuente de Felipe IV – Foto Sammy pompon

À l’est du palais, sur la place de Oriente se dresse la statue de Felipe IV au centre, et de chaque côté celles de 20 rois espagnols de l’époque visigothe et de la période de la Reconquête.

Madrid – El palacio Real y el Campo del Moro – Foto Antonio velez

 

Madrid – El palacio Real – Jardin de Sabatini – Foto Richie Diesterheft

À l’ouest et au nord, deux magnifiques jardins, le Campo del Moro  et les  Jardins de Sabatini bordent le palais.

Madrid – Palacio Real – Carlos IV vestido de cazador por Goya

L’intérieur du palais est somptueusement décoré et abrite de nombreuses œuvres d’art, parmi les quelles figurent des peintures d’artistes prestigieux comme de Goya, Velázquez ou Le Greco. Il y a aussi plusieurs sculptures remarquables de Bernini, Benlliure, Coysevox et Querol. Certaines proviennent de l’ancien Alcazar. La série des planètes de Jonghenllinck est répartie entre la Salle du Trône et la Salles des Colonnes.

Madrid – El palacio Real – La capilla real – Foto Eric Chan

La chapelle royale, construite entre 1750 et 1759 par Ventura Rodriguez est utilisée pour les cérémonies religieuses concernant la famille royale.

Madrid – El palacio Real – Salón deñ trono – Foto Fabio Alessandro Locati

La salle du trône est une des pièces les plus importantes. Les trônes rouges et or sont des copies exactes de ceux de Charles Quint. Les grandes glaces proviennent de la Fabrique de Verre de La Granja.

Madrid – El palacio Real – La escalera principal – Foto Kris Arnold

Le grand escalier d’honneur en marbre, fut réalisé par Sabattini.

Madrid – El palacio Real – El comedor – Foto Jose Luis Filpo Cabana

La Salle à manger avec sa grande table, ses plafonds décorés de fresques et ses magnifiques tapis fut décorée en 1879.

Madrid – El palacio Real – El Salón Gasparini

Le salon de Gasparini de style rococo, est considéré comme l’une des plus belles pièces du palais.

Madrid – Palacio Real -Tapiz – Foto PMRMaeyaert

Le Palais-Royal abrite aussi de nombreuses collections qui ne sont pas toutes exposées en raison de leur grande variété. Les collections de tapis et d’horloges se trouvent parmi les plus complètes et prestigieuses d’Europe.

Madrid – El palacio Real – Un violín Stradivarius – Foto Gryffindor

Parmi les instruments de musique conservés au Palais Royal,  la collection de Stradivarius est la plus importante du monde.

 

boy with guitar cartoon illustration

LE MUSÉE SOROLLA À MADRID

 

 

 

 

Madrid – Museo Sorolla – Fachada – Foto Luis García

Le Musée Sorolla de Madrid, situé au numéro 37 du Paseo General Martinez Campos, est l’ancienne demeure du peintre Joaquín Sorolla et de sa famille.

Madrid – Museo Sorolla – jardín – Foto Bart van Poll

Il suffit de franchir la porte d’entrée du musée, pour être agréablement surpris par la tranquillité du charmant jardin andalou, et se trouver transporté loin des bruits de la ville.

Madrid – Museo Sorolla – jardín – Foto Quinok

Sorolla créa lui-même ce jardin en s’inspirant de ceux qu’il avait vus au cours de ses voyages en Espagne et en Italie.

Madrid – Museo Sorolla – Fachada este – Foto Luis García

La maison fut construite par l’architecte Enrique María de Ripullés y Vargas. Le peintre participa activement à l’élaboration du projet, organisant la disposition des pièces, qu’il voulait lumineuses. Il y vécut avec sa famille de 1911 à 1923, date de sa mort.
En 1925, sa veuve  donna des fonds et de nombreux tableaux à l’État et lui céda la demeure pour y créer un musée en l’honneur de son mari.

Madrid – Museo Sorolla –

Le musée Sorolla nous introduit dans le monde de l’artiste en nous montrant non seulement son œuvre, mais aussi les objets personnels et les meubles qui formaient le cadre de sa vie quotidienne.

Madrid – Museo Sorolla – Casa museo – Estudio de Sorolla

L’atelier se trouve au centre du musée. C’est là que le peintre trouvait l’inspiration…

Madrid – Museo Sorolla – Comedor

Dans la salle à manger, les guirlandes de lauriers, de fruits et de fleurs, évoquent la région natale du peintre.

Madrid – Museo Sorolla – Salón de la casa

Le salon, dont la grande fenêtre s’ouvre sur le jardin, conserve son aspect originel. Sorolla le décora de  sculptures et de portraits de sa famille.

Madrid – Museo Sorolla – Salas de exposiciones temporales

À l’étage supérieur se trouvaient les chambres à coucher du peintre et de sa famille. Elles sont utilisées aujourd’hui pour les expositions temporaires.

Madrid – Museo Sorolla – Sala principal de exposición

La collection du musée se compose de plus de 1200 œuvres de peinture de Joaquín Sorolla, dont une partie seulement est exposée.

Madrid – Museo Sorolla – Foto – Pintando el baño del caballo

Elle compte aussi de nombreux dessins, croquis et fusains du peintre  ainsi que des sculptures, des céramiques, des bijoux, des photos anciennes et d’importantes archives de la correspondance de l’artiste.

Madrid – Museo Sorolla – Baño del caballo de Joaquín Sorolla

Joaquín Sorolla est l’un des peintres impressionnistes espagnols les plus admirés. Sa ville natale, Valence, et la Méditerranée sont ses principales sources d’inspiration et dans ses œuvres, la lumière des paysages du Levant espagnol joue un rôle très important.

Madrid – Museo Sorolla – Instantantánea

Les toiles exposées par le musée nous montrent les différents thèmes traités par le peintre, les portraits familiaux, les peintures de genre, les paysages et les peintures de critique sociale, et nous permettent de découvrir son évolution et ses différentes étapes stylistiques.

Madrid – Museo Sorolla – Paseo a orillas del mar

C’est au musée Sorolla que se trouvent les œuvres les plus célèbres de cet artiste de génie surnommé « le peintre de la lumière ».

 

 

boy with guitar cartoon illustration

L’AQUEDUC DE SÉGOVIE

 

 

Segovia – El acueducto – Foto David Corral Gadea

L’aqueduc de Ségovie, inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1985, est le vestige romain le plus impressionnant qui se trouve en Espagne.

Segovia – El acueducto – Foto Jebulon

Défiant le temps, cette œuvre monumentale de l’ingénierie romaine, commencée entre les années 112 et 116, durant le règne de l’empereur Adrien,  est remarquablement bien préservée.

Segovia – Vista aérea – Foto Mcpolu

Ce chef-d’œuvre d’esthétique et d’équilibre, situé en plein centre de Ségovie, avec à sa gauche la place de l’Azoguejo et à sa droite celle de la Artillería, s’insère parfaitement dans le cadre de la ville.

Segovia – El acueducto detalle – Foto Josemanuel

L’aqueduc est composé de 20 400 blocs de granite, liés par leur propre poids, sans mortier. Il mesure 881 mètres de long et 28,5 mètres de haut et est composé de 120 piliers qui soutiennent 166 arcs.

Segovia – El acueducto – Foto Bernard Gagnon

Il fut construit pour approvisionner Ségovie en eau, et utilisé jusqu’à la moitié du XXe siècle. De nos jours, il alimente uniquement une fontaine de la place Azoguejo.

El valle de la Fuenfría – Foto Miguel303xm

L’eau qui s’acheminait vers la ville, au moyen d’un système de canalisations souterraines, provenait d’une source de la vallée de la  Fuenfría située à 17 kilomètres, dans les montagnes de la Sierra de Guadarrama.

Segovia – El acueducto – foto Manuel González Olaechea y Franco

La légende raconte qu’une jeune porteuse d’eau ségovienne, fatiguée de sa dure profession, fit un jour un pacte avec le Diable : si ce dernier trouvait le moyen de conduire l’eau jusque chez elle, avant l’aube du lendemain, elle lui donnerait son âme. Le Diable consentit et se mit à l’œuvre. Mais la jeune fille, inquiète, se repentant de son action et ne pouvant trouver le sommeil, passa de longues heures en prière. Cette nuit-là, un terrible orage se produisit dans la ville et au lever du soleil, il manquait encore une pierre à la construction. Le Diable avait perdu et, furieux, il abandonna la ville. La jeune fille conserva son âme et les ségoviens gagnèrent un aqueduc.

Segovia – El acueducto – Nicho con la Virgen de la Fuencisla – Foto Zarateman

On dit que c’est dans le vide laissé par la pierre manquante que se trouve la statue de la Vierge  au centre de l’aqueduc…

boy with guitar cartoon illustration

LA PLACE D’ESPAGNE DE SÉVILLE

 

 

Sevilla – Plaza de España – foto Carlos Delgado

L’un des endroits les plus spectaculaires de Séville est sans doute sa magnifique place d’Espagne.

Sevilla – Plaza de España – Foto Gregory Zeier

Conçue par l’architecte Anibal Gonzalez, elle fut construite à l’occasion de l’exposition ibéro-américaine organisée à Séville en 1929. Sa superficie est de 50 000 mètres carrés et son diamètre de 200 mètres.

Seville – Plaza de España – Foto A volaaa

La place se trouve juste en face du Gualdaquivir qui représente le chemin vers l’Atlantique et vers l’Amérique. Sa forme semi- elliptique symbolise le chaleureux accueil de l’Espagne aux pays d’Amérique latine.

Sevilla – Plaza de España – Foto Lobillo

Un palais où se mêlent les styles renaissance, gothique et mudéjar longe l’arrondi de la place.

Sevilla – Palacio de la plaza de España – Foto Gregory Zeier

L’édifice centrale a trois étages, et se prolonge de chaque côté par une aile qui a, à son extrémité, une tour de 80 mètres de haut.

Seville – Une tour de la place d’Espagne – Photo José Luis Bernardes Ribeiro

L’ensemble est construit en briques apparentes et est décoré de céramique et de fer forgé.

Sevilla – Plaza de España – Foto Delorca

L’imposante galerie au plafond à caissons est soutenue par des colonnes de marbre.

Séville – Bancs de la Place d’Espagne

Des bancs en céramique peinte sont adossés aux deux ailes du palais et représentent 48 provinces d’Espagne.

Séville – Un des bancs de la place d’Espagne – Photo Gzzz

Au-dessus de chacun d’eux, des mosaïques montrent le blason de la capitale de la province et des scènes de son histoire.

Seville – Un medaillon de la Place d’Espagne – Photo Lobillo

De nombreux bas-reliefs ainsi que 48 médaillons représentant les bustes de personnages illustres et quatre statues de trois mètres de haut, tous réalisés par le sculpteur Pedro Navia, décorent la façade du palais.

Seville – Place d’Espagne – Photo Gzzz

Un canal de 515 mètres bordant le palais, offre des promenades en barque.

Seville – Un des ponts de la Place d’Espagne – Photo Grez

Quatre ponts représentant les anciens royaumes d’Espagne, Castille, Léon, Aragon et Navarre, permettent de le traverser et relient le palais au Centre de la place.

Sevilla – Fuente de la Plaza de España – Foto Taxman

Au milieu de la place, se trouve la fontaine créée par Vicente Traver.

 

boy with guitar cartoon illustration

LA PUERTA DEL SOL À MADRID

 

Madrid – Puerta del sol – Foto Tomás Fano

La Puerta del Sol est une des places les plus connues de Madrid. Située au centre de la capitale, elle est le point de convergence de dix rues chargées d’Histoire, et le point de rencontre des Madrilènes et des visiteurs.

Au XIIe siècle, Madrid était protégée par une muraille et la Puerta del Sol était une entrée à la ville. Elle doit son nom au cadran solaire qui se trouvait autrefois sur le fronton de l’un de ses édifices.

Madrid – Puerta del Sol – Metro -Foto multisanti

Cette grande place  réservée aux piétons est entourée de grands immeubles, de commerces et de statues emblématiques.

Madrid – Puerta del Sol – Casa de Correos – Foto Dimo Dimov de Bulgaria

L’édifice le plus imposant est sans doute la « Real Casa de Correos » dont la construction date de la seconde moitié du XVIIIe siècle et qui fut le bureau de poste de Madrid pendant de nombreuses années. Il devint plus tard le siège du Ministère de l’Intérieur et est occupé aujourd’hui par la Présidence du Gouvernement de la Communauté de Madrid.

 

Madrid – Puerta del sol – Reloj

La célèbre Tour de l’Horloge fut ajoutée au XIX. L’horloge fut construite et offerte à la ville par l’horloger Juan Rodriguez de Losada.

Madrid – Puerta del Sol – Campanadas 31 de diciembre

Tous les 31 décembre, une foule importante se rassemble sur la Puerta del Sol pour manger les douze grains de raisin porteurs de chance, au son des 12 coups de minuit du carillon qui annoncent le commencement de la nouvelle année.

Madrid – Puerta del Sol – kilómetro cero – Foto Kaetzar

Devant la « Casa de Correos », une plaque sur le sol indique le kilomètre zéro, point de départ de toutes les routes radiales d’Espagne.

Madrid- Puerta del sol – Estatua Carlos III – Foto Carlos Delgado

Au centre de la place, entre deux fontaines, se dresse la statue équestre du roi Carlos III. Ce monarque qui, grâce à l’application d’un vaste plan d’extension et d’assainissement, rénova la capitale et fit construire de nombreuses avenues et édifices, fut surnommé « le meilleur maire de Madrid ».

Madrid – Puerta del sol – el oso y el madroño – Foto David Adam Kess

À l’est, près de la rue d’Alcala, la statue de l’Ours et l’Arbousier, œuvre de l’architecte Antonio Navarro Santafé date de 1967. Cette sculpture de quatre mètres de hauteur, réalisée en pierre et en bronze, est le symbole de  la ville de Madrid.

Madrid – Puerta del sol – estatua de la Mariblanca – Foto Carlos Delgado

Une réplique de la statue de la « Mariblanca » qui appartenait à la première fontaine qui fut installée sur la Puerta del Sol, se trouve en face de la rue Arenal. Cette statue de marbre blanc et de petites dimensions, semble représenter Diane ou Venus. L’original se trouve dans le vestibule de l’ancienne mairie de Madrid, « la casa de la Villa ».

Madrid – Puerta del sol – Tío Pepe – Foto David Adam Kess

Sur l’immeuble de l’ancien Hôtel de Paris, qui a aujourd’hui un autre propriétaire, l’enseigne de « Tío Pepe » est toujours présente, bien qu’elle fût retirée en 2011. Devant l’insistance des Madrilènes qui considèrent qu’elle fait partie de la place, la mairie décida de l’installer de nouveau.

Madrid – Puerta del Sol – Foto Carlos Delgado
boy with guitar cartoon illustration

LE MONASTÈRE DE L’ESCURIAL

 

 

El Escorial – Monasterio – Foto Turismo Madrid

Le Monastère de l’Escurial est un magnifique ensemble architectural du XVIe siècle situé à 50 kilomètres au nord-ouest de Madrid.

San Lorenzo del Escorial – Foto Esetena

À 1020 mètres d’altitude sur le versant méridional du mont Abantos et entouré de la belle Sierra de Guadarrama, il occupe une superficie de 33 327 mètres carrés.

El Escorial – Fachada sur – Foto SalomonSegundo

Le Roi Felipe II en ordonna la construction en hommage à son  père, le grand Charles Quint.

L’architecte Juan Bautista de Toledo posa la première pierre, mais à sa mort en 1567, Juan de Herrera, un des plus hauts représentants de l’architecture espagnole, continua les travaux, donnant à l’édifice le style particulier qui lui était propre : symétrie et austérité, importance des lignes au détriment des décorations. Le roi lui-même participa activement à l’exécution des travaux. Le monastère fut terminé en 1584.

Monasterio del Escorial

La base du monastère forme un rectangle de 207 mètres de long et de 161 mètres de large. À chaque angle, se dresse une tour de 55 mètres de haut. Le bâtiment a la forme d’un grill, évoquant le martyre de Saint-Laurent à qui est dédié le monastère, en reconnaissance de la victoire de Saint-Quentin gagnée en 1557, le jour de la festivité du saint.

Monastère de l’Escurial – Cour des Rois

La basilique se trouve au centre de l’ensemble des édifices et l’on y accède par la Cour des rois (El patio de Reyes).

Monasterio del Escorial – Cúpula de la basílica –

En forme de croix grecque, elle possède une coupole de 17 mètres de diamètre, soutenue par quatre énormes piliers.

Monasterio del Escorial -Coro

Dans la grande chapelle, on peut admirer un retable de 30 mètres de haut, conçu par Juan de Herrera.

Monasterio del Escorial – Basílica retablo – Foto Hakan svensson

 

Monasterio del Escorial – La Biblioteca

Longue de 55 mètres, la Bibliothèque est richement décorée et temoigne ainsi de la grande importance que lui accordait le roi Felipe II. Elle contient une collection de plus de 40 000 volumes. Parmi les incurables, figurent les manuscrits des Cantigas de Alfonso X le sage.

Monasterio del Escorial – Panteon – Foto Bocachete

Dans la crypte royale, se trouve le panthéon où reposent les restes des rois et des reines des maisons d’Autriche et de Bourbon.

Monastère del Escorial – Habitaciones del Rey Felipe II

Le Palais de Felipe II près de la basilique se caractérise par la sobriété et l’austérité des appartements royaux.

Monasterio del Escorial – Palacio de los Borbones

Le Palais des Bourbons, par contre fut réformé en 1788 par Carlos IV qui appartenait à la maison de Bourbon, et possède un luxueux mobilier  et de somptueuses tapisseries décorant les murs.

Monastère del Escorial – Sala de las batallas

La salle des Batailles est une galerie de 60 mètres de long qui connecte les deux palais. Sur ses murs, les fresques représentent diverses batailles gagnées par l’Espagne.

La partie réservée au monastère se trouve au centre de l’édifice. Elle est occupée actuellement par des moines augustins.

Monasterio del Escorial – Bóveda de la escalera principal

La voûte du superbe escalier principal qui communique la cour des Évangélistes et le couvent, est décorée d’une très belle fresque baroque.

Le Monastère de l’Escurial abrite plusieurs salles d’expositions.

Monasterio del Escorial – Sala Capitular – Foto Carlos Delgado

Les salles capitulaires exposent des peintures d’artistes comme Le Titien et Velázquez.

Van der Veyden – El Calvario

Le musée de peinture regroupe des œuvres des écoles flamande, italienne et espagnole.

Le Musée d’Architecture présentes des maquettes, des documents, des plans ainsi que les matériels utilisés pour la construction du Monastère.

Monasterio del Escorial – Jardines de los frailes

Le Jardin des Moines fut aménagé à la demande du roi. On y cultivait des légumes et des plantes médicinales, mais il y avait aussi un jardin botanique avec 68 variétés de fleurs et environ 400 plantes venues du Nouveau Monde.

Le monastère de l’Escurial est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1984.

.

 

boy with guitar cartoon illustration

LA PLAZA MAYOR DE SALAMANQUE

 

 

Salamanca – Plaza Mayor 1

La plaza Mayor de Salamanque est une des plus belles places d’Espagne.
Elle fut construite au XVIIIe siècle sur le terrain de l’ancienne place San Martin grâce au soutien du roi FelipeV qui voulait récompenser les habitants de Salamanque pour leur fidélité pendant la guerre de succession d’Espagne.

Salamanca – Plaza Mayor – Foto ThomasPetrasch

Le projet de l’architecte Alberto Churriguera fut réalisé entre les années 1729 et 1755. La place, de style baroque, est presque carrée et occupe une superficie de 6400 mètres carrés.

Salamanca – Medallones de la Plaza Mayor – Foto Victor Sánchez García

Ses quatre façades ont des galeries avec des arcs en plein-cintre décorés de médaillons à l’effigie de rois et de personnages célèbres : les Rois Catholiques, Felipe II, le Cid, Le Grand Capitaine…

Salamanca – Plaza Mayor- 1

Au-dessus des galeries, le bâtiments ont trois étages et de magnifiques balcons. L’ensemble de la construction est  en grès doré, la pierre du village voisin de  Villamayor.

Salamanca – Plaza Mayor – Pabellón real – Foto Basilio

Sur la façade est, se trouve le Pavillon Royal, orné du buste de Felipe V. La famille royale utilisait le balcon pour assister aux corridas et à tous les évènements qui se produisaient sur la place.

Salamanca – Plaza Mayor – Ayuntamiento – Foto Jentges

Au nord, se trouve la Mairie surmontée d’un campanile où quatre statues représentent des allégories à l’agriculture, à l’industrie, à la musique et à la poésie.

Salamanca – Arcos de la Plaza Mayor

La plaza Mayor est l’endroit le plus animé et le plus fréquenté de Salamanque. C’est un lieu de rendez-vous pour ses habitants et un monument incontournable pour les visiteurs.

Salamanca – Sportales de la Plaza Mayor – Foto doid

Ses arcades abritent de nombreuses boutiques, des restaurants, des bars de tapas et des cafés.

Salamanca – Plaza Mayor – Café Novelty – Foto Pravdaverita

Le Café Novelty inauguré en 1905 est le plus ancien de la ville. Depuis son ouverture, il est le point de rencontre de personnages importants, d’artistes et d’écrivains illustres comme Miguel de Unamuno, Ortega y Gasset ou Francisco Umbral.

Salamanca – Plaza Mayor – Café literario Novelty estatua de Torrente Ballester – Foto Pravdaverita

À l’intérieur du café, on peut voir une sculpture de Gonzalo Torrente Ballester à sa table préférée, en mémoire des vingt-cinq années durant lesquelles l’écrivain visita assidûment l’établissement

 

boy with guitar cartoon illustration

LA PLACE DE CYBÈLE À MADRID

 

Madrid – Plaza de Cibeles – Foto Wikipedia

Située à l’intersection de la rue d’Alcala, du paseo del Prado et du paseo de Recoletos, la place de Cybèle, en espagnol la plaza de Cibeles, est un des endroits les plus emblématiques de Madrid.

 

Madrid – Plaza de Cibeles – Foto Basilio –

Au Centre se trouve la fontaine de Cybèle, un des symboles de la ville. Ce bassin placé à l’origine, devant le palais de Buenavista, à l’entrée du paseo de Recoletos, servait aussi à l’époque, à approvisionner les Madrilènes en eau. Il fut installé à son emplacement actuel en 1895.

Madrid – Plaza de Cibeles – Foto Mr. Tickle

Entre 1777 et 1782, l’architecte Ventura Rodriguez se chargea de sa construction. La sculpture de la déesse et celle du char sont de Francisco Gutierrez Arribas et celle des deux lions est du français Roberto Michel.

Madrid – Fuente de Cibeles – Foto Carlos Delgado

Cybèle est une déesse d’origine phrygienne, adoptée par les Grecs et les Romains, et qui personnifiait la nature. La statue tient un sceptre dans  sa main droite et porte la clé de la ville dans sa main gauche.

Madrid – Cibeles Real Madrid

Depuis plusieurs années, la fontaine de Cybèle est le lieu de célébration des victoires du Real Madrid et de la Sélection espagnole de Football et de Basket.

La place est entourée de beaux édifices, tous construits entre la fin du XVIII siècle et le début du XXe siècle.

Madrid – Ayuntamiento – Foto Carlos Delgado

Le Palais de Cybèle, inauguré en 1919 fut jusqu’en 2011 le Palais des Télécommunications. Aujourd’hui, il est le siège de la Mairie de Madrid.

Madrid – Mairie  – Intérieur

À l’intérieur, une coupole vitrée couvre la cour. Un centre d’exposition appelé « CentroCentro » est ouvert au public ainsi qu’une terrasse qui offre une splendide vue panoramique de Madrid.

Madrid – Palacio de Buenavista

Le palais de Buenavista est un bel édifice entouré d’arbres. Construit en 1777, il appartenait aux ducs d’Alba. Aujourd’hui, il abrite le quartier général de l’Armée.

Madrid – Banco de España – Foto Luis García

La Banque d’Espagne est un édifice imposant de la fin du XIXe siècle. L’intérieur est magnifiquement décoré et abrite une importante collection de tableaux parmi lesquels se trouvent plusieurs œuvres de Goya.

Madrid – Palacio de Linares – Foto Carlos Delgado

Le palais de Linares fut construit vers 1875. Très endommagé durant la Guerre Civile, il fut sur le point d’être démoli. Restauré finalement en 1992, il devint le siège de la maison d’Amérique.

boy with guitar cartoon illustration

LES CHÂTEAUX EN ESPAGNE

Castillo de Oropesa – Foto JAAA

Il y a plus de deux mille châteaux en Espagne répartis dans tout le pays. Un grand nombre d’entre eux se trouvent en Andalousie et dans la région centrale qui leur doit son nom (Castilla vient de « castillo » c’est-à-dire château).

Castillo de Siguenza – Foto Pedro María Reyes Vizcaíno

La « Reconquista », la Reconquête ou la lutte contre les Maures, commença dès les premières invasions arabes au VIIIe siècle et termina en 1492 après la prise de Grenade par les Rois Catholiques. Durant cette longue période de nombreuses forteresses furent édifiées, aussi bien par les chrétiens que par les musulmans.

Castillo de Alarcón – Cuenca – Foto An TeMi

A la fi du XVe siècle,  ce type de demeure se bâtissait encore, bien que les tours et les remparts n’étaient plus nécessaires, et les Rois Catholiques durent interdire leur construction afin de réduire le pouvoir des nobles.

Tout cela explique pourquoi l’Espagne possède une des plus importantes collections de châteaux médiévaux d’Europe, dont la plupart sont très bien conservés. En voici quelques-uns qui figurent parmi les plus beaux :

Château de Manzanares el Real – Photo Wikipedia

Le château de Manzanares el Real, construit par le marquis de Santillana au XVe siècle se trouve près de Madrid. Sa Galerie intérieure est un modèle de construction militaire castillane.

Castillo de la Mota – Foto Chefocom

Le château de la Mota à Médina del Campo fut construit au XVe siècle : La reine Isabel la catholique y passa une grande partie de sa vie.

Castillo de Peñafiel – Foto Ignasilm

Situé sur une colline rocheuse, le château de Peñafiel domine les vallées du Duratón et du Duero et était considéré au Moyen Âge comme une forteresse inexpugnable. Bien que commencé au Xe siècle, l’ensemble de sa construction date du XVe siècle. Depuis 1999, il abrite le  » Museo Provincial del Vino ».

Castillo de Coca – Foto Ignacio Cobos Rey

Construit à la fin du XVe siècle, l’imposant château de Coca est à la fois gothique et mudéjar. Il se situe dans la province de Ségovie.

Castillo de Belmonte -Cuenca – Foto Jose Luis Filpo Cabana

Le magnifique château de Belmonte du XVe siècle fut restauré au XIX siècle par l’impératrice Eugénie. Le réalisateur Anthony Mann l’utilisa en 1961 pour le tournage de plusieurs scènes du film « Le Cid » interprété par Charlton Heston et Sofia Loren.

Castillo de Siguenza – Foto Malaya

Le château de Siguënza érigé au début du XIIe siècle domine la ville. Il fut la résidence des évêques de la région jusqu’au XIX siècle. Détruit pendant la guerre civile, il fut reconstruit avec les pierres d’origine en 1972 et transformé en « Parador nacional »

Castillo de Olite – Foto Jorab

Considéré au Moyen-âge comme l’un des plus luxueux d’Europe, le château d’Olite fut construit en 1246 par Carlos III le noble. Il est formé de deux édifices : le premier qui date du XIIIe siècle est devenu un parador et le second appartient au XVe siècle.

Castillo de Santa Catalina – Foto Kordas

En 1246 le château de santa Catalina fut édifié à Jaén par Fernando III le Saint. Le donjon offre un panorama splendide sur la ville et les montagnes de Jabalcuz.

Château de Almodovar del Río – Photo Rabe

Dans la province de Cordoue, le château de Almodovar du VIIIe siècle se dresse majestueux pour dominer la vallée du Guadalquivir.

Castillo de Santiago en Sanlúcar de Barrameda (Cádiz) – Foto Jose Manuel Lira Vidal

Le château de Santiago à Sanlucar de Barrameda date de la fin du XVe siècle. On raconte que du haut de sa tour hexagonal, la reine Isabel la Catholique vit la mer pour la première fois.